Partagez | 
 

 MINAH + i've been losing sleep

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


COMPLEMENT D'INFOS
DISPONIBILITE: Libre comme le vent
LIENS:

MessageSujet: MINAH + i've been losing sleep   Mar 22 Juil - 22:19



Willeminah Mariann O'Malley

Sarah Bolger



Nom + O'Malley, le nom de son père, qu'elle est fière de porter. Ils ne sont plus très nombreux en ville. Prénom(s) + Willeminah, un prénom certes original, mais bien trop long. Elle préfère qu'on l'appelle Minah. En deuxième prénom, on lui a donné celui de sa grand-mère maternelle, Mariann. Date de naissance + un 26 avril, il y a 24 ans. Lieu de Naissance + Ici, à Eile Domhan. Métier + Employée dans une boutique d'antiquités près du port. Elle s'occupe principalement d'estimer les objets, son diplôme en histoire de l'art l'aidant à estimer les tableaux, sculptures et autres. Statut Civil + Célibataire, bien qu'amoureuse d'un homme marié. Elle sait n'avoir aucune chance. Caractère + Tendre, Aimante, Trop polie, Parle peu d'elle, Travailleuse, Mature, Responsable. Ta plus grande peur + Que sa sœur Moïra ne sorte jamais du coma. Ton plus grand désir + Pour le moment, qu'elle puisse continuer à avoir la garde d'Eireen, sa nièce, elle se bat bec et ongle pour ça. Et dans le fond, sans doute réussir à entrer dans le cœur d'un certain brun aux yeux bleus. Groupe + All magic come with a price.

ne tient incroyablement pas l'alcool. Il suffit d'un demi-verre pour qu'elle se mette à glousser. D'un verre pour qu'elle chante. D'un autre demi-verre pour qu'elle dorme avec la bave aux lèvres. Une chose qui amuse énormément Shena. + aime lire, mais n'en a jamais le temps. Elle a une pile de livres à lire impressionnante. Et elle ne cesse de s'agrandir quand ses colocataires lui en conseille un autre. + Si aujourd'hui elle aime son travail, ce n'était pourtant pas ce qu'elle aurait voulu faire à l'origine. Elle espérait devenir restauratrice de vieux tableaux et travailler dans un musée. Au final, estimer des objets est tout aussi intéressant. + Elle aurait aimé quitter la ville, quand elle était ado. La mort de ses parents à tout changer. Elle ne se voyait plus quitter sa sœur, Moïra. + Moïra et elle étaient dans la voiture, lors de l'accident qui a tué leurs parents. Elles sont les seuls à en être sortis vivante. Minah en a gardé une fine cicatrice le long de son avant-bras. + ne conduit pas. Elle a peur de monté dans une voiture depuis la mort de ses parents. Une peur qui n'a pu qu'augmenter après l'accident de sa sœur. Elle préfère se déplacer à pied ou à bicyclette du coup. + ne supporte pas le goût du café. L'odeur, elle ne la supporte que par habitude. Le matin, elle préfère un bon verre de jus d'orange. Ou alors un bon petit chocolat chaud, avec une pointe de cannelle. Il n'est pas rare de la voir poser avec Poppy pour en boire un. Il n'y a que depuis que Moïra est dans le coma qu'elle s'est mise à en boire, à l'hôpital, quand la fatigue se fait sentir. + sa nièce est devenue sa priorité numéro 1, depuis que sa sœur est plongé dans le coma. Elle continuera de se battre pour que la petite n'aille pas chez son son père. Elle a la chance d'avoir de super colocataires qui la soutienne entièrement et qui n'hésite jamais à s'occuper de la petite. + très vite devenue mature, trop vite, elle n'a jamais pris le temps de s'amuser comme les gens de son âge. Mais bizarrement, cela ne lui a jamais manqué. + Quand elle se concentre, elle a la fâcheuse manie de se mordre l'intérieur de la joue. Parfois lorsqu'elle s'en rend compte, alors qu'elle est penché sur son travail, il est trop tard et elle s'est déjà mordue à sang. + Si pour des tas de choses, elle a une main sure et précise, en cuisine, elle est d'une maladresse excessive. Elle est incapable de cuisiner un simple plat de pâte sans le faire brûler. Il vaut mieux l'éloigner des fourneaux, pour la sécurité de la cuisine et de votre estomac. + est une fan inconditionnel de la série Veronica Mars. Une passion qu'elle partage avec Pepper. Elles passent de nombreuses soirées dans la chambre de l'une des deux à voir et revoir les épisodes.


derrière l'écran



Pseudo/Prénom + maman dragibus/Elisa Fréquence de connexion + tous les jours, pour votre plus grand plaisir Comment tu es arrivé ici + j'ai creusé le chemin à partir de ma petite tête Scénario ou PI + inventéééééééé

Code pour bottin +
Code:
Sarah Bolger [color=firebrick]➸[/color] Willeminah O'Malley



_________________
    Cause everyone wants someone. That's one cliché that's true. But since you I want no one unless that someone's you. It looks like you, feels like you, smiles like you. I want someone just like you, true and through. I'm forever blue cause there's no one else like.


Dernière édition par Willeminah O'Malley le Jeu 7 Aoû - 12:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


COMPLEMENT D'INFOS
DISPONIBILITE: Libre comme le vent
LIENS:

MessageSujet: Re: MINAH + i've been losing sleep   Mar 22 Juil - 22:21


Il était une fois



« Moïra ! Tu cours trop vite ! Attends-moi ! » Glapissait Willeminah alors qu’elle tentait de suivre sa grande sœur pendant l’ascension jusqu’au dolmen. Mais sa sœur ne sembla pas l’entendre, puisqu’elle riait aux éclats. Et pas la peine de demander de l’aide aux parents, ils étaient loin derrière, profitant du paysage main dans la main. Il lui fallait donc faire face seule à la folie de sa sœur. En même temps, tout le monde disait que pour une enfant de 10 ans, elle était trop sage. Moïra semblait avoir pris tout le côté fofolle. Finalement, péniblement, elle la rattrapa et toutes deux restèrent époustouflées par la vue des vagues s’écrasant contre les falaises. Moïra glissa sa main dans celle de sa petite sœur. « C’est beau, hein ? » La petite hocha de la tête. Puis sa sœur la tira vers les menhirs. « Viens Minah ! Je veux danser. » La folie de sa sœur la gagna finalement et les deux petites se mirent à danser autour des pierres.

« Mo, ouvres-moi. » Minah n’était pas sourde, malheureusement. Elle n’avait pas pu ignorer les sanglots de sa sœur. Après tout, le mur qui séparait leurs deux chambres était bien trop fin. Elle savait que Moïra aurait sans doute préféré qu’elle fasse comme si de rien n’était, mais Willeminah était incapable d’une telle chose. Ignorer la souffrance des autres, ce n’était pas du tout possible chez elle. « Laisses-moi, Minah ! Je veux rester seule. » Cette réponse, elle s’y attendait. Moïra était d’une fierté incroyable. Elle détestait qu’on la voie pleurer. Mais Minah le savait, il lui suffisait d’insister un peu et elle savait qu’elle oublierait sa fierté pour avoir ce dont elle avait besoin : de réconfort. « Je partirais pas, Mo ! » Quelques secondes plus tard, la porte s’ouvre. Moïra ne regarde même pas sa sœur, se contentant de retourner dans le lit. Willeminah grimpe directement à ses côtés et l’attire dans ses bras. « Il m’a quitté, Minah. » Elle s’en doutait. Elle avait l’habitude de voir sa sœur en proie aux peines de cœurs. Moïra était comme ça, elle tombait amoureuse tout le temps. Elle enviait un peu ça. Elle, elle n’avait personne à aimer. Sans doute pour ça qu’elle ne rechignait jamais à ça, à venir la consoler, même si elle trouvait que sa sœur avait des goûts affreux en garçon. Elle aimait le genre mauvais garçon. « Je comprends pas ce qui va pas chez moi. Pourquoi ils me quittent tous ? » Minah l’attira davantage contre elle. « Tu n’y es pour rien. C’est eux les idiots. Toi tu es merveilleuse. »

C'est avec un petit sourire que Minah s'engouffra à l'arrière de la voiture. Elle avait beau avoir 18 ans, elle appréciait toujours autant ses moments en famille. Moïra semblait, elle, moins l'apprécier, en grimpant dans l'automobile avec une moue boudeuse. A peine leur père avait-il mit la clef sur le contact, qu'elle sortit son téléphone portable pour envoyer un message à son petit ami du moment, Ray. Willeminah n'avait jamais aimé ce type et elle n'avait jamais cessé de le dire à sa sœur, sans grand succès. Cette dernière restait obstinée ? Minah préféra donc se désintéresser de cette tête de mule et se pencha en avant, pour discuter avec ses parents. Aujourd'hui, comme quand elles étaient petites, ils allaient tous ensemble pique-niquer près du cercle de pierres. Minah aimait toujours autant cet endroit et ne s'en lassait jamais. « Minah ! Attention ! » Ce cri s'échappe de la bouche de sa mère, alors qu'elle la pousse vers le fond de la banquette. La jeune fille se laissa faire, voyant avec horreur une voiture s'approcher dangereusement vite. Moïra aussi la vit, Willeminah put la sentir se figer d'effroi à côté d'elle.  Le téléphone portable, lui, gisait sur le plancher de la voiture. Puis l'impact survint. Et tout devint noir.

Tout était calme. Calme et noir. Minah ne sentait plus rien, n'entendait plus rien. Puis des sons lui parvinrent, diffus, comme étouffés. Elle tenta de soulever ses paupières, sans succès. Elle tenta alors de bouger une main. Elle n'y parvint pas plus. Elle sentit qu'on la soulevait. Qu'on la transportait. Puis tout revint d'un coup, en même temps. Subitement. Les sons qui l'instant d'avant lui avaient parus diffus, l'assourdirent maintenant. Il y avait une sirène. Des pompiers ou de la police, elle était incapable de le dire.  Puis il y avait des voix, beaucoup de voix. Beaucoup de monde autour d'elle. Et puis la douleur, atroce, qui se diffusait de son bras vers tout son corps. Elle avait l'impression que son corps n'était plus qu'un hématome géant.   Elle ouvrit alors les yeux, un cri de douleur se brisant dans sa gorge. Elle vit alors qu'on la transportait dans un brancard, en direction d'un camion de pompier. Elle vit son bras, encerclé d'un bandage, en sang. Puis elle vit la voiture. Et l'avant de la voiture complètement enfoncé. Le moteur et les sièges avant ne faisaient plus qu'un maintenant. La panique la submergea alors. Elle attrapa le bras d'un des pompiers, le suppliant du regard. « Où sont mes parents ? Et ma sœur ? » Il la regarda, sans lui répondre. Refusant de lui répondre. « Où sont-ils ? OU EST MOÏRA ? » Elle criait à présent. « Minah ? » Le jeune fille tourna la tête vers sa grande sœur. Elle était là, elle aussi sur un brancard. Elle était en vie. Tout n'était pas perdue, alors. Puis, comme si voir sa sœur l'avait apaisée, elle sombra de nouveau dans l’inconscience.

Deux semaines, deux petites semaines. Un laps de temps si court comparé à tout une vie. C'était pourtant ce qui avait suffit pour que celle de Minah change radicalement. Pour toujours. Irrémédiablement.  Elle souleva doucement la manche de son pull, regardant le bandage qui encerclait son avant-bras. Dessous, il restait encore de nombreux points de sutures. Elle avait refusé de les compter. Elle savait juste qu'elle garderait une cicatrice à vie. Et cela lui allait. Au moins, cette cicatrice serait pour elle un rappel constant de l'accident, de ses parents. Et elle culpabilisait moins, en la voyant, de s'en être sortie alors que ses parents non. Et rentrée enfin à la maison, sans eux, lui rappelaient juste combien ils lui manquaient. Le silence qui y reignait, combien elle les aimait. Mais le silence ne durera pas, puisque des sanglots s'élevèrent de l'autre coté du mur. La cloison avait toujours été bien trop fine entre les deux chambres. Elle regarda un instant le plafond, cherchant à se donner à un peu de courage. Elle le savait, il allait lui en falloir pour rester forte pour deux. Moïra avait beau être l'aine, elle était la plus fragile des deux, celles qui avaient le plus besoin de quelqu'un pour la pousser en avant. Minah avait toujours été la plus mature des deux. Et il allait lui falloir l'être encore davantage maintenant. Elle se leva donc, se dirigeant vers la chambre de sa sœur. Elle la trouva recroquevillée dans son lit. Sans un mot, Willeminah grimpa dans le lit et s'allongea près d'elle, passant un bras autour de sa taille. Cette dernière attrapa immédiatement sa main, la serrant contre elle comme on serre une peluche.

« Tu es sure que ça te vas Minah ? » Elle souria à sa sœur. De toute manière, elle avait toujours su qu'un jour elles devraient toutes les deux quitter cette maison. Sauf que les choses c'étaient un peu précipités. A peine un an c'était écoulé depuis la mort de leurs parents. Mais si Minah n'avait que 19 ans, Moïra en avait 22. C'était normal qu'elle veuille enfin voler de ses propres ailes. Minah n'approuvait juste pas le choix du compagnon pour cette aventure. Ray.  Elle n'avait aucune confiance en lui. Elle avait l'impression que du jour au lendemain, il pourrait disparaître. Mais puisque c'était ce que voulait Moïra... Du coup, elle avait fait les recherches nécessaires pour savoir comment allait se dérouler les droits du successions sur la maison en vendant. Minah avait été jusqu'à aller voir un professeur de droit à la fac. Un prof qui l'avait tout simplement envoyé paitre. C'était un élève qui l'avait aider et répondu à ses questions. Owen. Ils étaient devenus amis maintenant. Il était d'ailleurs là, en train de descendre les cartons de la jeune fille dans sa voiture. Un an qu'elle refusait de toucher à un volant. Owen le ferait pour elle. Elle le suivrait jusqu'au loft sur son vélo. Dans une petite ville comme la leurs, c'était suffisant de toute manière. « Mais oui, Mo. C'est parfait ! » « La vie en coloc peut être dur, tu sais ? » Minah secoua la tête. Elle ne craignait rien du tout pour ça. Les filles avec qui elle allait vivre étaient des amis et elle avait hâte de partager son quotidien avec les trois autres filles. « Tout ira bien. Les filles sont extras ! Et puis c'est toi qui te lances dans la vie de couple. » Un sourire illumina le visage de Moïra. « Ray est si parfait ! » Minah ne pensait pas du tout la même chose, mais si Mo y croyait. Elles quittèrent finalement la maison. Pour la dernière fois de sa vie, Minah ferma la porte de la maison qui l'avait vu grandir.

Minah laissa rapidement son vélo dans la cour de l'immeuble avant de gagner l'escalier en courrant. Elle avait hâte d'annoncer la nouvelle aux filles. Et c'est tout aussi rapidement qu'elle entra dans leur loft. Elle retira ses chaussures, fit tomber son sac dans l'entrée et entra dans le salon sans même enlever sa veste. « Les filles ! Les filles ! » Une à une, elles arrivèrent. Shena fut la première, avec une aiguille et du fil en main. Rapidement, elle fut suivi de Poppy et Pepper qui arrivèrent presque en même temps. « Qu'est ce qui se passe ? » demanda Poppy, visiblement inquiète. Une inquiétude qui s'évapora bien vite en voyant le sourire de Minah. « J'ai eu mon diplôme ! » Trois années de dur labeur pour obtenir sa licence. Trois années où elle avait du jongler entre travail et étude pour joindre les deux bouts. Et enfin, elle arrivait au bout du tunnel. Les filles laissèrent éclater leur joie à leur tour. Elles avaient pu assez souvent voir Willeminah aux prises avec ses révisions pour savoir à quel point c'était important pour elle. « Ce soir, on débouche le champagne ! J'ai aussi invité Moïra et Owen ! »

Minah attira sa sœur dans ses bras, se calant au fond du canapé. Les années avaient beau passé, Moïra avait beau vieillir, quand elle avait un problème, c'était toujours vers sa petite sœur qu'elle se tournait. Willeminah attendit un instant qu'elle se calme avant de se mettre à lui poser des questions. « Qu'est ce qui c'est passé ? » Mo renifla avant de répondre. « Il m'a quitté, Minah. Il a pris ses affaires et il est parti. » Elle ressera davantage Mo contre elle. Elle avait toujours su qu'il ne fallait pas faire confiance à ce Ray. Il venait de le prouver. Certes, cela faisait presque 5 ans qu'ils étaient ensemble, mais cinq années en dents de scies. En quittant leur appartement, il avait tout de même atteint un autre niveau. « Pourquoi est il parti ? » Reprit Minah d'une voix douce. « Parce qu'il ne voulait pas du bébé... » La jeune femme fronça les sourcils et s'écarta un instant de sa sœur pour la fixer. « Je suis enceinte. Je veux garder mon bébé. Mais Ray... Et maintenant, je suis toute seule. » Minah secoua la tête. « Tu n'es pas toute seule. Je serais là pour t'aider, d'accord ? Toi et le bébé. »

Minah déposa un baiser sur le front de sa sœur, épuisée par l'accouchement. Sa fille, son bébé, dormait déjà paisiblement dans le berceau près d'elle. « Tu as été fantastique, tu sais ? » Moïra eut un sourire. Le temps de sa grossesse, elle avait montré une force que Minah n'avait jamais pu soupçonné chez elle auparavant. Devenir avait été un électrochoc pour elle. Peut-être ce qui lui fallait pour devenir véritablement adulte. « La sage-femme m'a dit qu'on devait remplir la petite fiche devant son berceau. Mettre son nom complet. » Elle attrapa alors la carte et sortit un stylo de son sac. Elle regarda alors sa sœur, attendant qu'elle  lui dise enfin le prénom qu'elle avait choisit. « Eireen. Son prénom sera Eireen. » Minah le nota, minutieusement et avec application. Puis elle se tourna de nouveau vers sa sœur. « Pas de deuxième prénom ? » Mo eut un mouvement de tête et un petit sourire avant de répondre. « Minah. Pour qu'elle prenne exemple sur son incroyable marraine. » L'émotion noua Willeminah, qui se retint de pleurer. Elle ne savait même pas que sa sœur voulait d'elle comme marraine pour la petite. Elle inscrivit alors son propre surnom, celui qu'elle forçait tout le monde à dire –et gare à celui qui oserait l'appeler Will- , avec la même application. « Et son nom ? » Reprit-elle finalement. « Tu veux lui donner celui de Ray ? » Moïra secoua la tête avec véhémence. « Non. Elle est une O'Malley, et rien d'autres. » Après avoir tout écrit et réinstaller le petit carton sur le berceau, elle se pencha vers le bébé, caressant sa toute petite main du bout du doigt. « Bienvenue dans la famille Eireen Minah O'Malley. » Après avoir vu sa famille diminué si brutalement, accueillir un nouveau petit être faisait un bien fou à Minah.

Willeminah referma le sac du bébé avec un sourire. Elle se tourna vers sa nièce, toujours dans son berceau pour le moment. « Vous rentrez enfin la maison ! Tu vas voir la belle chambre qu'on t'a préparé avec maman. » La porte de la chambre d'hôpital s'ouvrit alors. « T'as déjà remplie tout les papiers de sorties, Mo ? » Demanda-t-elle en se retournant, avant de voir que ce n'était pas Moïra qui revenait. Elle se figea, se mettant entre le visiteur et Eireen. « Tu fais quoi ici ? » « C'est mon bébé à moi aussi, que je saches. » Minah hésita un instant, ne sachant pas trop si elle devait le laisser approcher d'Eireen ou pas. Finalement, elle se décala d'un pas, le laissant ainsi voir la petite sans pour autant trop s'éloigner. Minah était une tata protectrice. « Comment s’appele t-elle ? » « Eireen. » Il fit un pas pour s'approcher et la regarda. Regardant pour la première fois sa nièce. « Si tu te décides à entrer dans sa vie, ce sera pour toujours. Tu n'auras pas le droit de l'abandonner à la moindre occasion. » Il la regarda encore un instant, avant de relever la tête. « Dis pas à Mo que je suis venu. » Trente secondes, il était déjà parti.

C'était un cauchemar, juste un horrible cauchemar. Elle allait se réveiller, il n'y avait pas d'autres solutions. La vie ne pouvait pas être si cruelle. Pourtant, deux jours c'étaient passés. Et rien ne changeait. Moïra était là, allongée sur un fichu lit d'hôpital. Et elle ne se réveillait pas. Fauchée par une voiture. Si Minah avait refusé de conduire jusque là, maintenant, elle refusait même de monter dans l'une d'elle. Cet engin lui avait pris deux proches. Et elle priait, nuit et jour, qu'il ne lui prenne pas un troisième. La porte s'ouvrit alors, Owen apparut. Avec les filles, il avait veillé sur elle, lui apportant à manger, la relayant auprès de Mo pour qu'elle dorme un peu. Et puis, il avait été aussi son avocat. Alors qu'au même moment que le médecin annonçait que Mo ne réveillerait pas, Ray se souvenait avoir une fille et demandait la garde, le temps que se remette sa mère. Owen faisait tout pour que Minah récupère la petite, qui était pour le moment au main des services sociaux. « Bonne nouvelle. Les services sociaux ont tranché en ta faveur. Ray n'ayant jamais participé à la vie d'Eireen. Ta nièce sera ramené chez toi demain après-midi. » Willeminah lâcha son premier soupir de soulagement. « Merci Owen. Tu es le meilleur ami qu'on puisse porter. » Il passa une main dans le dos de la jeune femme. « Tu parles, si seulement je pouvais faire plus... » Elle secoua la tête doucement. « Non, je le pense vraiment. » Elle avait au moins la chance d'être bien entouré. Par ses colocataires, par son meilleur ami. « Tu devrais aller prendre un peu l'air. Tu restes trop enfermée dans cette chambre. Vas au moins prendre un café dans le couloir. Je reste auprès de Mo. » A contre cœur, elle se leva et sortit dans la chambre. Elle trouva bien rapidement la machine à café et y inséra ses pièces, avant d'appuyer sur le bouton, sans vraiment regarder ce qu'elle avait choisi. Mais quelques instants plus tard, le café ne coulait toujours pas. Ce qui ne fait qu'émousser la colère de Minah qui était déjà presque palpable. Elle craque et donna un violent coup de pied dans la machine. « Attendez ! » Elle se tourna vers la personne qui venait d'arriver. « La machine fonctionne mal. Regardez. » Il passa alors sa main dans le trou où était sensé sortir le gobelet. Il tira dessus. La machine sembla alors reprendre vie et le café coula enfin. Il attrapa le gobelet et lui tendit quand il fut prêt. « Merci. » Elle se sentait terriblement gênée d'avoir été vue en pleine crise de nerfs. « Et désolée. » Il haussa les épaules avec un petit sourire. « Vous excusez pas. A cette étage, beaucoup de gens frappe cette machine. Moi-même je l'ai fait plusieurs fois. Vous voyez la grosse bosse en bas à droite. C'est moi. Une semaine après que Gemma soit tombé dans le coma. » « Je craque au bout de deux jours moi... » Il eut un sourire. « Mais vous avez frappé moins fort que moi. » Elle eut alors un sourire. Depuis combien de temps n'avait-elle pas sourit ? Elle était incapable de le dire. « Pour qui vous frappez la machine ? » Elle le regarda dans les yeux pour la première fois. Des yeux d'un bleu si pur qu'on se perdrait dedans. « Ma sœur, Moïra. Et vous ? » « Ma femme. » Elle fut surprise d'être déçu de le savoir marié. Franchement, comment pouvait-on être déçu de savoir qu'un inconnu était marié ? « Depuis combien de temps est-elle ici ? » Il lâcha un profond soupir. « 9 mois. Les 9 mois les plus longs de ma vie... » Il poussa un soupir et elle se fit la réflexion que c'était beau de voir un homme aimer une femme au point de l'attendre aussi longtemps, sans savoir si elle se réveilleréait un jour. Il se tourna de nouveau vers elle, lui tendant la main cette fois-ci. « Je suis Neill. » Elle la lui prit et la serra un instant. « Willeminah. Mais appelez-moi Minah. »

Minah ne voulait plus entrer. Elle en avait assez de cette chambre. Elle y passait trop de temps. Depuis 3 mois, elle y allait 2 à 3 fois par semaine. Plus quand elle avant le temps. Mais avec Eireen, les temps libre étaient peu nombreux. Mais cela suffisait pour détruire les nerfs de Minah. Il y avait ça et il y avait Ray aussi. Ray qui voulait l'envoyer devant un tribunal pour obtenir la garde. Encore une fois, elle pouvait être reconnaissante d'avoir Owen auprès d'elle. Il était son ami et son avocat par la même occasion. Il refusait toutes honoraires de la part de la jeune femme. Ce qui l'arrangeait bien, entre Eireen et les frais d'hospitalisations de Moïra, ces finances n'étaient pas au meilleur fixe. Mais s'il lui enlevait une belle épine du pied, il ne pouvait pas toutes les enlever. Personne ne le pouvait. Du coup, elle restait là, à fixer la porte de cette satanée chambre d'hôpital. Luttant contre les larmes et contre son envie de fuir à toutes jambes. « Minah ? » Elle releva la tête, Neill était là. Elle le regarda s'installer à côté d'elle. Il la fixa un instant, ses yeux bleus scrutant le visage de la jeune femme, comme s'il n'avait pas encore décidé de la marche à suivre. Finalement, il l'attira doucement dans ses bras, et une de ses mains se mit à caresser ses cheveux. « Craques. Tu en as le droit. » Elle ne se le fit pas dire deux fois. Ses mains agrippèrent le t-shirt de Neill et elle éclata en sanglot. Toutes les larmes qu'elle retenait depuis bien trop longtemps pour ne pas montrer à quel point elle était fatiguée, usée et blessée, se déversèrent d'un coup. Il lui fallut plusieurs minutes pour se calmer. Et même quand elle arrêta de pleurer, elle ne quitta pas le cocon sécurisant des bras de Neill, tenant toujours son t-shirt comme une bouée de sauvetage. Puis, petit à petit, elle se détacha et s'éloigna. Elle passa une main sur ses jours, chassant les dernières larmes qui restaient. « Merci. » « Ya pas de quoi. » « Et désolée d'avoir trempé ton t-shirt. » un sourire taquin étira les lèvres du jeune homme. « Je préfère que ce soit lui qui prenne plutôt que la machine à café. » Elle prit une mine faussement offusquée avant de sourire. Il n'y avait que lui qui arrivait à faire ça, même dans les pires moments de détresses, il parvenait à lui apporter un peu joie. « Mon t-shirt sera toujours à ta disposition. » « Merci. » Répéta-t-elle encore. Il lui semblait qu'elle passait son temps à remercier les gens. Owen, les filles et Neill. « Me remercies pas. Je sais juste ce que c'est, cette attente sans savoir de quoi sera fait demain. Les questions qui restent sans réponse. » Elle, elle n'avait pas de questions en suspens. Mais elle savait lesquels devaient le tarauder. Celle sur sa femme et sa présence dans un hôtel au moment dans un hôtel au moment de l'accident. Neill ne lui avait rien dit, mais tout se sait dans une petite ville. En l’occurrence, c'était Shena qui lui avait dit. Sa coloc connaissait Neill et son frère jumeau, Nolan. C'était ce dernier qui lui avait parlé de sa belle-sœur. Il était persuadé qu'elle trompait son frère. Minah ne pouvait que s'imaginer ce qui devait se passer dans la tête de Neill. Un an à se demander, si oui ou non, Gemma avait été avec un autre. Et malgré tout, il venait toujours la voir. Espérait toujours autant son réveil. Minah ne pouvait être que plus admirative -et jalouse- face à son amour pour elle. « Et puis, tu as ta nièce, toi aussi. Ce doit pas être facile de devoir élever un bébé du jour au lendemain. » Elle hocha la tête. « Non, pas toujours facile. Mais je pense que sans elle, ce serait plus dure encore. Elle est ma motivation, maintenant. » Un petit silence s'installa entre eux. Pas un de ses silences gênés où chacun cherche quoi dire à l'autre. Plutôt un silence complice, entre deux personnes qui se comprennent parfaitement. Ils restèrent ainsi quelques instants. Jusqu'à ce que Minah brise le silence. « Je ferais mieux d'aller voir Moïra. » Elle se leva et fit un premier pas en avant. Avant de se raviser. Elle retourna vers lui et se pencha pour déposer un baiser sur sa joue. « Merci pour tout. » Puis elle se dépêcha d'entrer dans la chambre de sa sœur. Mais elle avait beau courir, c'était trop tard. Elle était, complètement et irrémédiablement tombé amoureuse d'un homme mariée.

_________________
    Cause everyone wants someone. That's one cliché that's true. But since you I want no one unless that someone's you. It looks like you, feels like you, smiles like you. I want someone just like you, true and through. I'm forever blue cause there's no one else like.


Dernière édition par Willeminah O'Malley le Mer 6 Aoû - 22:20, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: MINAH + i've been losing sleep   Mer 23 Juil - 8:32

ILU 

_________________
Because Of You
I Matter. I Matter. I Matter. I MATTER! I MATTER! I MATTER!! I MATTER!!•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: MINAH + i've been losing sleep   Jeu 24 Juil - 5:14

Tu es toujours aussi sublime avec Sarah  15 

_________________
lost at sea

   
Parfois, certains amis, certaines personnes te déçoivent, c'est la vie et je suis prête à l'accepter. Par contre, je trouve ça affreux de me dire que c'est moi qui risque un jour de décevoir tout le monde. © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: MINAH + i've been losing sleep   

Revenir en haut Aller en bas
 

MINAH + i've been losing sleep

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. "Losing my religion" # Ash
» 01. Losing your mind
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» [Tyrannia] Hive nerver sleep [Quête]
» MINAH ; La Rescapée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Villains don't get happy endings :: Le début du conte :: Les pages blanches :: Happy Ending-