Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 MADS + La plupart des gens disent qu’on a besoin d’amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d’oxygène.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


MessageSujet: MADS + La plupart des gens disent qu’on a besoin d’amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d’oxygène.   Mar 22 Juil - 4:50



madeline iris yseult galloway-dawson

alyssa milano



Nom + Galloway, son nom de jeune fille qu'elle a tenu à conserver car elle en est fière. Dawson, son nom d'épouse. Prénom(s) + Madeline, son premier prénom. Un prénom qu'elle adore, même si la majorité la surnomme Mads ou Madi. Iris, en hommage à la fleur. Yseult, comme dans Tristan et Yseult. C'est une tradition pour les filles Galloway d'avoir trois prénoms et sa soeur comme elle a un deuxième prénom en référence à une fleur et le dernier prénom en hommage à une "star" littéraire. Date de naissance + Il y a 39 ans, par une belle journée de mai, le 25 précisément. Lieu de Naissance + Eile Domhan Métier + Après dix ans comme journaliste, elle a créé il y a quelques mois son propre magazine, " Girls in the Wind", un magazine pour femmes ... et hommes qui veulent connaître les astuces pour comprendre une femme. Elle s'occupe d'ailleurs de la partie "courrier du cœur", comme quoi son master en psycho ne lui est pas inutile. Et à ses heures perdues, elle est présidente d'une association créée par la ville. Statut Civil + Veuve. Du moins, c'est ce qu'elle croyait il y a encore quelques semaines. Son mari vient de revenir d'entre les morts avec une histoire abracadabrante. Sauf que la jeune femme commençait enfin à refaire sa vie avec un homme plus que parfait duquel elle est enceinte. Un peu compliqué. Pour ne rien arranger, son fils n'est pas très favorable à voir sa mère refaire sa vie. Caractère + ambitieuse + sérieuse + impulsive + drôle + tête en l'air + bavarde + spontanée + franche + maternelle + attentionnée + tendre + romantique + stressée + têtue + orgueilleuse + créative Ta plus grande peur + Que sa grossesse se passe mal, qu'elle ne parvienne pas à être heureuse de nouveau en amour, que son mari bouleverse sa nouvelle vie, ... La jeune femme a beaucoup de peurs en ce moment. Le retour de son mari n'a rien arrangé ... ton plus grand désir + Que son fils accepte l'homme qu'elle aime, que ce dernier ne fuit pas en apprenant sa grossesse. Etre heureuse ? Tout simplement. Groupe + True Love Kiss Will Break Any Curse

Madeline est une femme ambitieuse. Elle a toujours su qu'un jour, elle serait sa propre patronne, et c'est ce qui l'a poussé à créer son propre magazine. Elle est ravie de voir que sa formule plaît. + C'est une adepte de l'informatique et de la technologie. Elle connaît tous les réseaux sociaux, est une geekette active et confirmée, et elle sait créer un site web en un tour de main. + La jeune femme ne tient pas l'alcool, elle s'abstient donc en général et se contente d'un verre ou deux, jamais plus. Sauf quand elle se sent d'humeur triste, où là, elle a tendance à se siffler la bouteille. Elle déteste tous les alcools forts, du genre whisky, bourbon et scotch, mais est une adepte du rhum et du vin blanc. + Elle commence ses journées par un petit footing, accompagné de son chien, et ce depuis plus de 3 ans. Elle a toujours aimé faire du sport et elle est en particulier accro au jogging et à la natation. Elle a d'ailleurs gagné plusieurs courses et participe souvent à des marathons. + Elle a honte de l'avouer, mais elle ne sait pas faire de roller. Elle est aussi pas très douée avec un deux roues, incapable de rouler droit. Vous ne la verrez donc que rarement sur un vélo. + Elle a eu son permis il y a seulement 2 ans. Après la mort de son mari, elle s'est dit qu'il était temps qu'elle se bouge et elle s'est inscrite à l'auto-école. En moins de 3 mois, elle décrochait son permis et elle s'achetait une ford Mustang. + Elle vient d'apprendre qu'elle est enceinte de l'homme avec qui elle sort et elle est complètement paniquée. Elle avait déjà eu du mal avec sa première grossesse et elle a peur de ne pas s'en sortir avec cet enfant, surtout que sa vie sentimentale est un peu compliquée en ce moment. + Elle a plusieurs tatouages qu'elle s'est faite quand elle était plus jeune : un signe de l'infini suite à son mariage, la date de naissance de son fils, une plume et un chapelet. + Elle est très complexée de sa petite taille et elle se trouve trop ronde. C'est pour cela qu'elle porte sans arrêt des talons hauts. + C'est une accro du shopping, à tendance achats compulsifs. Au lieu de se goinfrer de Nutella quand elle est triste, elle file aux magasins et se refait sa garde-robe. Elle a d'ailleurs une pièce qu'elle a transformé en dressing chez elle. + Elle est allergique aux fraises et à l'ananas, et elle déteste cela car elle adore les fraises. + Elle va à l'église au moins une fois par mois, elle est croyante, et plus encore depuis la mort de son mari. + Elle a une grande sœur et un petit frère, elle les adore tous les deux mais elle regrette de s'être éloignée de sa grande sœur. Elle ne sait pas vraiment ce qui s'est passé mais elles sont beaucoup moins proches qu'avant et leur complicité lui manque.


derrière l'écran



Pseudo/Prénom + Luxette, pour la deuxième fois ! Fréquence de connexion + 5/7 Comment tu es arrivé ici + Maman Dragibus, je t'aime !  16  Scénario ou PI + PI

Code pour bottin +
Code:
Alyssa Milano [color=firebrick]➸[/color] Madeline Galloway-Dawson




Dernière édition par Madeline Galloway-Dawson le Mer 20 Aoû - 7:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: MADS + La plupart des gens disent qu’on a besoin d’amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d’oxygène.   Mar 22 Juil - 4:50


Il était une fois



" Maman, maman. Est-ce que je peux prendre Richard dans mes bras ? " Du haut de ses 5 ans, Madeline était déjà une petite fille qui ne pensait qu'à une chose, s'occuper de son petit frère d'à peine 1 an. Depuis sa naissance, le petit Richard avait changé la vie de la famille Galloway. Charleen, sa grande sœur de 8 ans, était tout aussi attentionnée envers Richard, et les deux jeunes sœurs adoraient leur petit frère. Elles s'en occupaient à merveille, surtout Charleen, déjà plus mature que la petite Madeline, et elles passaient beaucoup de temps à aider leur mère. " D'accord ma puce, mais fais attention, hein ? " Comme toutes les mères, elle était une maman prudente, un peu mère-poule sur les bords, mais les filles adoraient leur mère. " Promis maman, je ferais attention." La mère sortit le petit Richard de son berceau et précautionneusement, le déposa dans les bras de Madeline, installée confortablement sur le canapé du salon de la famille Galloway. La petite brune esquissa un sourire ravi et déposa un baiser sur le front encore chauve du bébé qui se trouvait dans ses bras. Elle l'admirait, elle le trouvait parfait, adorable et elle avait hâte de le voir grandir. Bientôt, il pourrait jouer avec elle et Charleen, et elle avait déjà hâte que ces moments arrivent. " Bonjour petit frère." Sa mère posa sur elle un regard attendri et Charleen pénétra à ce moment dans le salon. " Char, regarde, petit Richard est réveillé." Elle l'avait toujours appelé Char. Quand elle était plus jeune, elle n'arrivait pas à prononcer son prénom en entier, et Char était devenu son surnom officiel. " Oh bonjour toi." Charleen rejoignit sa sœur sur le canapé et lui déposa un baiser sur la joue avant d'embrasser Richard. " Avec papa, on a fait des pancakes pour le petit déjeuner." Elle sourit fièrement et Madeline se redressa, un sourire encore plus grand. " Oh oui, des pancakes. Je vais aller prendre mon petit déjeuner je crois. Maman, tiens Richard." La gamine tendit le bébé à sa mère qui sourit et le reposa dans son berceau tandis que ses deux filles filaient à la cuisine. Elle était fière de ses enfants, de cette famille qu'elle avait construite. " Moi, je veux du sirop d'érable." " Moi, ... euh ... du miel." Madeline esquissa une grimace avant de loucher sur les pancakes que son père venait de poser dans son assiette : " Ou de la confiture de fraise. Oui, de la fraise." " Non sweetie, tu es allergique à la fraise, maman veut plus que tu en manges. La dernière fois, tu as été à l'hôpital." " Ca sera donc du miel pour ma princesse." Madeline haussa les épaules : " D'accord, du miel c'est bon aussi." Elle sourit à sa sœur et but une gorgée de son jus d'orange. " Humm j'ai trop faim." Leur mère rejoignit la petite famille, Richard dans les bras, et s'installa à leurs côtés à table. Ils aimaient les petits déjeuners en famille, c'était un peu la tradition chaque week-end.


" Tu crois qu'ils vont ... divorcer Char ? " Madeline lança un regard inquiet à sa grande sœur qui jouait avec Richard avec une de ses peluches fétiches, un dinosaure vert et violet. Charleen se retourna vers sa jeune sœur âgée de 10 ans et elle haussa les épaules : " Je sais pas Mads ... C'est compliqué en ce moment à la maison. Je crois que ... oui. Maman me l'a dit hier, enfin elle m'a expliqué ce que c'était le divorce." Char grimaça et Madeline sentit son cœur se serrer. Elle n'avait pas envie de voir ses parents divorcer. Elle se fichait bien d'avoir deux maisons, deux cadeaux pour son anniversaire et deux cadeaux pour Noël. Ce qu'elle voulait seulement, c'était une famille qui s'aimait, une famille qui ne divorçait pas. " Mais je veux qu'on reste tous ensemble moi. Je veux pas qu'ils divorcent." Pourtant, les cris qui montaient du salon semblaient indiquer que malheureusement, le divorce risquait d'être au programme. Char posa sa main sur le bras de sa petite sœur et elle soupira doucement : " Je sais sweetie, mais t'en fais pas, on restera ensemble tous les trois, et ça personne ne l'empêchera." " Moi si je me marie, je divorcerai jamais." Char ne put s'empêcher de lâcher un petit rire devant la moue butée de sa sœur. " Moi pareil. C'est les enfants qui sont tristes. Mais peut-être que ça sera mieux non ? Plus de cris, papa et maman seront plus heureux comme ça." Madeline ne comprenait pas vraiment, elle savait que ses parents se disputaient tout le temps mais savoir qu'ils allaient se séparer la terrifiait. Elle ne pouvait pas imaginer ce qu'était l'amour, à quel point c'était compliqué parfois. " Si on mettais un peu de musique et qu'on chantait de toute nos forces ? Vous en pensez quoi ? " Richard leva la tête de son jouet et esquissa un sourire ravi et il quitta les bras de Madeline qu'il avait rejoint il y a seulement quelques secondes en voyant son visage se brouiller et il sauta sur le lit. " Oui ! Et on fait la fête comme ça ! " Madeline sourit et hocha la tête, imitant son petit frère, tandis que Char mettait de la musique, fort. Assez fort pour couvrir les cris, les disputes. Elle les rejoignit rapidement sur le lit. " Allez tout le monde danse, tout le monde chante." Elle attrapa la main de Char et celle de son frère et elle sautilla sur le lit en chantant. Les rires se faisaient entendre et la jeune fille se sentit soudain un peu mieux. Quoiqu'il arrive, elle aurait toujours Char et Richard à ses côtés, et rien n'était plus important que ça.


" Tu crois qu'on va devenir frère et sœur ? " Madeline se tourna vers le roux qui la fixait, incapable de détacher son regard d'elle. Agée de 20 ans, elle était devenue une belle jeune fille, tout en forme, séduisante et elle le savait bien. Elle secoua doucement la tête et lâcha un petit rire : " Tu veux rire, ton père n'est que le énième type dont ma mère s'emmourache depuis le divorce de mes parents. Tu ferais mieux de le prévenir, qu'il ne s'attache pas trop." La brune haussa les épaules. Elle enviait sa sœur qui trouvait chaque occasion pour sortir de la maison, et plus encore depuis qu'elle était avec Declan, son premier amour. La jeune fille de 23 ans ne voyait que par lui et elle était folle amoureuse. Puis avec le mariage, le bébé, tout s'était accéléré. Ils s'étaient installés ensemble, et Madeline était maintenant tata, ce qui la surprenait encore malgré que la petite grandissait à vue d'œil. Mais du coup, Madeline, elle, se contentait d'observer le défilé d'hommes, s'amusant à parier sur leur durée de vie. Bien souvent, elle avait raison. " Tant mieux. Parce que tu es beaucoup trop mignonne pour être ma sœur. J'aurais pas pu te draguer, ça aurait été bizarre." " Ils ne sont pas encore séparés, attends un peu quand même." Un sourire se dessina sur son visage, le jeune homme était mignon, plus âgé qu'elle et il lui plaisait plutôt bien. " Je ne me rappelle même plus ton nom déjà." Ils venaient de se rencontrer, déjeuner crucial pour leur parent respectif qui voulait les présenter l'un à l'autre après deux semaines seulement de relation. Madeline n'avait jamais compris l'utilité de présenter tous ses hommes, sa mère savait pertinemment qu'ils n'allaient pas rester ou qu'elle les mettrait bien vite à la porte, non ? Ou bien, espérait-elle encore à chaque fois que c'était le bon ? Elle soupira en repensant à ça, depuis le divorce de ses parents, les choses avaient bien changées, et souvent la stabilité de leur vie de famille passée lui manquait. " Wade." La voix du jeune homme la tira de ses pensées et elle hocha la tête. " Ah oui, c'est vrai." Il se leva de la chaise de bureau tandis que la brune restait assise sur son lit, les jambes repliées en tailleur. Elle le regarda un instant écrire quelque chose sur un bout de papier qu'il finit par lui donner : " Mon numéro. Si ce que tu dis est vrai, rappelle-moi. Parce que du coup maintenant, je suis pressé de voir leur histoire se terminer." " Je le ferais." Il quitta sa chambre et elle le suivit pour regagner la table familiale où leurs parents prenaient le café, souriants. Richard s'était lui aussi réfugié dans sa chambre et elle comprenait son petit frère. Voir sa mère se comporter comme ça était vraiment dur pour lui, elle le savait. Plus que pour elle qui s'était faite une raison.


" On est bien là, hein ? " Wade hocha la tête et attira la jeune femme contre lui. Il caressa distraitement ses cheveux avant de poser son regard sur elle : " Tu avais raison, leur histoire n'a pas fait long feu. Trois mois, c'est plutôt court, non ? Tu penses que nous, ça durera plus ? " Le soir même de la séparation de sa mère avec le père de Wade, elle l'avait appelé. Elle n'avait pu s'empêcher de penser à lui ces trois derniers mois et malgré une histoire réchauffée avec un ex, la jeune femme n'arrivait pas à l'oublier. Alors, lorsqu'elle l'avait appelée et qu'il lui avait tout de suite proposée de passer chez lui, elle n'avait pas hésité et bien vite, ils s'étaient retrouvés au lit. Brûlants de désir l'un pour l'autre, incapable de se détacher des bras de l'autre, ils avaient passé la nuit ensemble et le matin au réveil, la brune avait hésité à partir comme une voleuse, mais elle était restée. Et elle en était plus qu'heureuse, ainsi blottie tendrement dans ses bras. " C'était trop long à mon goût en tout cas." souffla-t-elle en faisant référence à la relation de sa mère. " J'aurais jamais cru dire ça un jour de ses relations." Elle rit et Wade lui caressa le bras, il savait qu'elle en souffrait, elle s'était confiée à lui hier soir entre deux verres. " Moi aussi, j'ai trouvé ça plutôt long en fait." " Et pour nous ... oui, j'aimerais que ça dure plus longtemps. Beaucoup plus longtemps même." Il rit et haussa les épaules : " Ca devrait pas être difficile, hein ? "  Il déposa un baiser sur ses lèvres, redescendit doucement sur son cou, offert, et s'égara sur sa poitrine. " Parce que je crois que je suis déjà accro à toi." " Tant mieux, c'est exactement ce que j'espérais en t'appelant." Elle roula sur lui et ils purent ainsi profiter l'un de l'autre encore un peu. [...] " Tu ... Tu pars ? Mais ... " Elle secoua la tête, interloquée et se rapprocha de Wade. Il détourna le regard, occupé à faire son sac. " Je te l'ai dit Mads, ce stage c'est un rêve. Je dois y aller." Elle se recula doucement et croisa les bras sur sa poitrine. " Et nous deux ? Tu laisses ça comme ça ? C'est fini, c'est tout ? " " Je serais à des milliers de kilomètres, continuer cette relation ça servirait à rien, tu le sais bien." Il était déterminé à ne pas croiser son regard et la jeune femme soupira doucement. Deux ans qu'ils étaient ensemble, qu'ils vivaient le grand amour et il plaquait tout, comme ça. Pour sa carrière. Bon, ok, c'était important, elle le comprenait. Mais, elle aurait aimé qu'il tente quelque chose pour sauver leur couple. " Puisque c'est ce que tu veux vraiment, je te souhaite d'être heureux là-bas." Elle partit sans un mot, sans un regard en arrière. Elle se refusait de pleurer devant lui, c'était trop dur. Elle marcha longtemps et ses pas la portèrent naturellement chez Charleen. " Qu'est ce qu'il y a sweetie ? " demanda-t-elle en ouvrant la porte et en voyant le regard troublé par les larmes de Madeline. " Il part. Il me quitte." Elle s'effondra dans les bras de sa sœur, incapable d'en dire plus.


" Wade ? Qu'est ... ce que tu fais ? " Le roux se tenait devant elle, un sourire penaud sur les lèvres. La brune se leva de son siège de bureau, troublée de voir son ex devant elle. Stagiaire au journal local de la ville, elle détestait l'idée que tous les regards allaient se tourner vers elle et que la conversation du jour serait Madeline et l'inconnu sexy. " Viens, on va dehors." Elle attrapa le jeune homme par le bras et ils sortirent du journal, rapidement. Elle lui fit face à peine sortie et demanda à voix basse : " Comment tu m'as trouvée ? " " Je suis allé chez toi, je ... j'avais envie de te voir et ta mère m'a dit que tu avais pris un appartement en ville et que tu bossais ici pour ton stage." Trois ans qu'ils ne s'étaient pas vus, trois putains d'années où la jeune femme avait eu toutes les peines du monde à avancer, à oublier jusqu'à qu'il y ait 6 mois, elle rencontre Ryan, jeune homme timide mais séduisant, et fou amoureux d'elle. Elle vivait avec lui dans un petit appartement depuis quelques semaines et elle se contentait de ça. Seulement, Wade venait de revenir et le regard qu'il posait sur elle était clair, il la voulait. Elle le connaissait par cœur. Elle le devinait comme un livre ouvert. " Oui je ... Depuis quelques semaines seulement. J'avais du mal à partir, pour Richard. Mais il est grand maintenant, et lui aussi il commence à se débrouiller." Elle haussa les épaules et il sourit : " Je te reconnais bien là, toujours à jouer la maman poule avec Richard." Elle sourit et hocha la tête. " Bon, je t'emmène dîner ce soir. Et non n'est pas une réponse possible." Il n'avait pas changé, toujours aussi sûr de lui, aussi séduisant, aussi Wade quoi. Elle souffla doucement, au fond, voulait-elle réellement refuser ? " Je termine à 19h30." Et elle le planta là, retournant au journal, le cœur battant. [...]  " C'était le plus beau jour de ta vie alors chérie ? " Madeline tournoyait au bras de Wade, nouvellement appelé son mari, souriante, le visage ravi. " C'était plus que parfait, je suis tellement heureuse." Elle venait de lui dire oui il y a quelques heures et c'était véritablement la femme la plus heureuse du monde. Sa soeur souriait en dansant avec sa fille, toujours aussi mignonne, et Richard discutait avec l'une de ses amies, aussi célibataire que lui. Elle était simplement à sa place, et Wade faisait d'elle une femme comblée. " Je t'aime." Il déposa un baiser sur ses lèvres, la serrant un peu plus contre lui. " Je t'aime encore plus, Madame Dawson, et j'ai hâte qu'on se retrouve un peu seuls." Elle rit doucement : " Madame Galloway-Dawson chéri, n'oublie pas que je renie pas les Galloway pour tes beaux yeux." Il rit à son tour et haussa les épaules : " Pour moi, tu es Madame Dawson alors tais-toi un peu." Il la fit tournoyer une nouvelle fois et elle sourit.


" Chéri ? " Madeline sortit de la cuisine, un sourire sur le visage. Elle avait passé une jolie robe noire et coiffé ses cheveux bruns en une natte élégante. " Mads ? Tu es sublime, c'est en quel honneur tout ça ? Me dis pas que j'ai oublié notre anniversaire ? " Il grimaça et la brune lâcha un petit rire. " Non, non, t'en fais pas. Je voulais juste nous préparer un petit dîner romantique." " Tu as bien fait, je sais que je suis un peu pris par le travail ces derniers temps, je m'excuse ma puce." Il déposa un baiser sur son front et se recula : " Laisse-moi aller prendre une douche et j'arrive." Elle acquiesça et retourna à la cuisine. Elle avait préparé un plat de lasagnes à la bolognaise et servi un verre de vin rouge à son mari. Quand il revint, il sourit et alla s'installer à la table bien décorée. " Tiens mon coeur, un petit verre." " Et toi chérie ? Tu trinques pas avec moi ? " Elle sourit et secoua la tête avant de lui tendre une petite enveloppe. Il sortit le papier et esquissa une moue surprise : " C'est .. C'est ce que je crois ? " Elle hocha la tête : " Je suis enceinte ... De six semaines. " Il s'approcha d'elle et l'étreignit avant de l'embrasser avec fougue : " On va avoir un bébé, c'est magique." Elle avait 26 ans et elle nageait dans le bonheur. Tout semblait se réaliser. Elle venait de décrocher un poste de journaliste plus qu'intéressant, elle était mariée et folle amoureuse et ils allaient avoir un enfant. [...] " Je l’appellerais Isaac. Isaac Dawson." Elle se tourna vers son mari qui hocha la tête : " Notre fils est merveilleux. Il me ressemble déjà, non ? " Il était fier, ça se voyait sur son visage. Le bonheur le rendait radieux et la jeune maman n'était pas en reste. " Un petit peu oui. Je suis sûre qu'il sera aussi beau que toi." " Félicitations les amoureux." Char pénétra dans la chambre suivie de son mari et de Sinead, leur fille et Madeline leur sourit : " Merci ma belle. Richard va pas tarder." Elle posa son regard sur son fils, attendrie : " Je vous présente Isaac Gabriel Dawson." " Bienvenue toi." Char s'approcha et le prit doucement dans ses bras. " Il est trop mignon mon cousin." Mads sourit et hocha doucement la tête. [...] " Maman, tu sais, j'aimerais bien avoir une petite sœur." Du haut de ses 6 ans, Isaac avait posé sur elle un regard sérieux et elle ne put s'empêcher de sourire. Madeline avait 32 ans et à vrai dire, elle avait renoncé à avoir un deuxième enfant. Ils avaient tenté il y a quelques années lorsque le blondinet avait 3 ans mais sans succès. Alors, aujourd'hui, elle se contentait de son fils unique et le chérissait de son mieux. " Je ne crois pas que ce soit possible mon cœur. Plus maintenant. Mais tu as ta cousine et c'est comme une grande sœur pour toi." " Oui mais je suis le plus petit moi, c'est nul. Je veux être le plus grand." Madeline tapota la tête de son fils et l'attrapa dans ses bras : " Tu seras plus grand qu'elle un jour tu verras. Et puis, tu seras toujours le plus grand dans mon cœur." Elle l'embrassa et il rit en attrapant le cou de sa mère. " Et moi je t'aimerais toujours grand comme l'univers." Elle déposa un baiser sur le bout de son nez et le relâcha : " Allez va jouer mon trésor." Elle le regarda partir, un sourire  attendri sur les lèvres.


" Madame Dawson ? " Madeline s'agrippa à la porte d'entrée, le coeur battant soudain plus vite. " Oui ? " L'inspecteur de police qui se tenait devant elle avait le visage grave, les traits tirés. " Nous avons fini par localiser le bateau de votre mari ... mais ce dernier n'était pas à bord. Il y a eu un incident, le bateau a explosé." Madeline sentit ses jambes flageoler et elle s'accrocha un peu plus à la porte d'entrée. " Nous sommes en train de procéder aux recherches mais ... il est fort possible que nous ne retrouvions pas le corps." Elle était incapable de répondre, incapable de prononcer un seul mot. Son monde s'écroulait. Elle voyait les images de son mari, de leur histoire, de leur mariage, toute leur vie, défilait devant ses yeux. Puis soudain, elle ne vit plus rien. Lorsqu'elle ouvrit les yeux de nouveau, elle était allongée sur son canapé, le flic à ses côtés. Il lui tendit un verre d'eau qu'elle saisit doucement et elle but une gorgée. " Ca va ? " Elle haussa les épaules : " Oui, je ... Je suis juste sous le choc. Vous pensez vraiment qu'on ne le retrouvera jamais ? Il est peut-être vivant, il a peut-être réussi à nager vers une côte ou ... " Le flic secoua doucement la tête : " J'ai bien peur que non, cependant nous allons faire notre maximum pour les recherches. Des plongeurs ont été envoyés aujourd'hui pour commencer." Elle hocha la tête tandis qu'il lui tendait sa main pour l'aider à se redresser. Il l'aida à se caler dans le canapé et il s'installa en face d'elle, dans le fauteuil. " Votre mari avait l'habitude d'aller pêcher en mer ? " Elle secoua la tête : " Non, en général, il se contentait de la pêche en eaux douces. Mais ça faisait quelques temps qu'il disait qu'il en avait envie. Il m'avait dit qu'il serait absent pour deux trois jours et je ne m'inquiétais pas de ne pas avoir de nouvelles. Je sais que son bateau n'est pas toujours bien équipé." " L'explosion de son bateau n'est pas de nature criminelle selon les premières observations de la scientifique, mais d'autres tests vont être effectués ces prochains jours." Il se leva et s'approcha d'elle lui tendant de nouveau la main pour l'aider à se lever. " Je vais vous laisser, vous ... vous devez avoir besoin d'être seule. Mais voici ma carte. N'hésitez pas à m'appeler si besoin. Je repasserais de toute façon dans quelques jours." " Merci." Elle le raccompagna à la porte et le laissa partir avant de jeter un oeil à la carte. Inspecteur Tomas O'Malley. Elle savait qu'elle risquait de le voir souvent désormais. Elle soupira doucement, comment allait-elle annoncer la nouvelle à Isaac ? Leur fils n'avait que 11 ans, il était encore jeune et elle savait que la perte de son père serait une épreuve redoutable. [...] " Wade était un homme bon, attentionné. C'était un époux, un père, un ami. Il était plus qu'important pour moi et lui dire au revoir aujourd'hui est une véritable torture. Je veux juste qu'il repose en paix." Madeline quitta l'estrade, les yeux embués, la voix encore bredouillante. Sa soeur lui attrapa la main et Richard posa la main sur son épaule. Elle resta près d'eux un long moment tandis que Isaac était blotti dans les bras de sa cousine. Elle finit par s'éloigner et elle tomba sur Tomas. " Madeline, je suis désolé. J'aurais espéré que les choses tournent différemment." Il posa sa main sur son épaule et elle le regarda en haussant les épaules : " Vous avez fait votre possible, je le sais. Merci Tomas." Les nombreux rendez-vous, les interrogatoires avaient fini par les faire s'appeler par leur prénom. Il hocha la tête et elle retourna près de sa famille.  


" Madie, attends." La brune se retourna et elle aperçut Tomas, accourant devant elle. " Je t'ai vu au loin et ... " Elle secoua doucement la tête et se recula avant qu'il ne s'empare de son bras : " J'ai du travail, j'ai l'inauguration du magazine dans deux jours et j'ai plein de choses à boucler." " Je sais mais il fallait que je te parle, tu rejettes tous mes appels depuis ... " Elle le coupa d'un signe de la main :" Cette nuit était une erreur, je sais pas ce qu'il est nous est passé par la tête mais on aurait pas du." Il y a deux semaines, après une soirée plus qu'agréable dans un restaurant romantique, les deux avaient fini la nuit chez Tomas et depuis la brune était incapable de faire face au flot de sentiments qui la submergeaient. Après la cérémonie rendant hommage à Wade, le flic n'avait jamais cessé de s'inquiéter pour elle, de l'appeler et sensible à ses attentions, elle l'avait invité à déjeuner. Puis, il l'avait invité à prendre un café. Et rapidement, ils avaient pris l'habitude de se voir, de se fréquenter. Madeline savait qu'elle ressentait quelque chose pour lui mais elle avait trop peur de souffrir. Pourtant, cette histoire aurait pu lui faire du bien. Depuis la mort de Wade, la jeune femme n'avait pas pu s'abandonner dans les bras d'autres hommes, incapable d'aller de l'avant. Elle s'était isolée, donnée à fond dans le travail et aujourd'hui, elle réussissait son rêve, avoir son propre magazine. " Ca signifiait rien pour toi ? " Il l'avait attrapée par le bras et obligée à lui faire face et elle se sentit fondre devant son regard azur. Tomas était séduisant, beaucoup trop. Il avait quelques années de moins qu'elle mais il était intelligent, mature, ambitieux, drôle. Il avait toutes les qualités. Qu'est ce qui n'allait pas chez elle ? " Ca signifiait trop justement." Elle voulut lui échapper mais il l'attira contre lui et il la tint un long moment comme ça, caressant doucement ses cheveux. Elle finit par s'accrocher à sa taille, laissant quelques larmes perler de ses yeux. " Je crois que je t'aime et que ça me terrifie." avoua-t-elle en levant les yeux vers lui, accrochant son regard. Un sourire se dessina sur son visage tandis qu'il déposait un baiser sur ses lèvres. Il se recula doucement : " Laisse-toi aller Madeline, je ne te ferais pas de mal. Je suis tombé amoureux de toi, au premier regard je crois. Je te laisserais pas, d'accord ? " Elle esquissa une moue et il passa sa main, doucement, sur son visage. " Abandonne-toi à moi." Il attrapa son visage dans ses mains et l'embrassa de nouveau, un baiser auquel elle se laissa cette fois totalement aller, y répondant même avec avidité. C'était indéniable, elle était incapable de résister à Tomas. Il était devenu ces dernières deux années un repère pour elle, un roc, un ami, plus que ça. Et aujourd'hui, elle le voulait tout entier. [...] " Char, Richard, je voulais vous présenter Tomas." La brune esquissa un sourire tandis que le brun s'avançait, saluant chaleureusement sa sœur et son frère. " Enchanté." " Ah le fameux Tomas. On a beaucoup entendu parler de toi, tu sais ? " Richard sourit et Char posa son bras sur celui de son petit frère. " Et tu as été très présent pour Mads après tout ce qui s'est passé ces deux dernières années, et rien que pour ça, tu es le bienvenu dans la famille." Tomas sourit et passa son bras autour des épaules de Madeline : " C'était pas bien difficile, Madeline est une femme exceptionnelle." Elle sourit en l'entendant dire ça et elle se colla un peu plus à lui. " Allez, allons vite manger." Sinead et son cousin étaient chez leur grand-mère pour la journée et le reste des Galloway avait décidé de profiter de leur journée. Madeline après s'être quelque peu éloignée du cercle familial à la mort de son mari avait besoin de reprendre sa place, de se rapprocher de nouveau de Richard et surtout de Char, avec qui les années avaient créé un réel fossé.


" Allo ? " " Mads, c'est moi." Madeline resta un instant immobile, le téléphone à la main, collé à l'oreille. " Moi qui ... ? " La voix lui semblait familière, beaucoup trop familière mais ce n'était pas possible. Vraiment pas. " C'est Wade. Ecoute, je dois absolument te voir. Dis-moi où on peut se rencontrer ? Dans un lieu ... " " Wade ... Wade .. Mais ... Tu es ... " " Madie, j'ai pas beaucoup de temps, je t'expliquerais tout. Retrouve-moi dans une heure à notre endroit. Je t'y attendrais, tu sauras tout." Sur ces quelques mots, la communication coupa et la brune se laissa choir sur le sofa de son salon. C'était impossible. Wade était mort. Il y a plus de deux ans. Elle tenta de respirer profondément mais sans y parvenir. Elle sentait son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine. Elle ne comprenait pas, ça ne pouvait être vrai. Mais elle avait reconnu sa voix, et qui de toute façon pourrait s'amuser à lui jouer un tour pareil ? Elle soupira doucement et se leva du canapé. Elle réussit à se doucher, à s'habiller, incapable vraiment de contrôler les mouvements de son corps tant l'émotion qui l'habitait était forte. Elle ne sut même pas comment elle parvint au lieu de leur rendez-vous, un endroit reculé dans le parc de la ville, à l'abri d'une petit mare. Elle se souvenait de chaque moment qu'ils avaient passé ici, avant d'être ensemble, après. C'était leur QG, leur endroit à eux. Elle regarda autour d'elle, chaque souvenir l'assaillant soudain et elle secoua doucement la tête. Il fallait qu'elle se reprenne. " Mads." Elle resta un instant immobile, se contentant de sentir l'homme s'approcher d'elle, jusqu'à qu'elle sente son souffle dans son cou. Elle se retourna brusquement et elle crut sentir son cœur lâcher lorsqu'elle fit face à son mari, son premier amour, son tout. Elle poussa un petit cri, ou peut-être juste le crut-elle, elle ne savait plus très bien. " Chut, je suis là, ne t'en fais pas." Et bientôt, elle fut dans ses bras, les larmes déferlant sur son visage. " Comment tu as pu faire ça ? Comment tu as pu me laisser comme ça ? Me laisser penser que tu étais mort ? " Elle avait fini par se reculer, martelant son torse puissant de coups de poing. Il attrapa ses poignets et l'obligea à lui faire face. " Il le fallait, Mads, je serai jamais parti sans ça, tu le sais bien." Elle secoua doucement la tête et il continua : " J'ai eu des grosses galères avec le boulot, je me suis fourré dans une sale affaire, une escroquerie, du blanchiment d'argent. J'étais menacé. Le fisc, des mafieux, tout. Je pouvais pas prendre le risque de rester, de te voir mise en danger, ou pire Isaac. Me faire passer pour mort était la seule solution." Elle le dévisagea un instant et haussa les épaules : " Tu aurais du me parler, tout me dire." Ca faisait plus de deux ans. Deux ans qu'elle avait du se résigner face à sa mort. " Je veux plus avoir affaire à toi." " Dis pas ça Mads. Je suis tellement désolé, je ferais tout pour me faire pardonner." Elle secoua la tête et le laissa sur place. [...] " Il est vivant ? C'est incroyable ... " " Oui je suis encore sous le choc. C'est ... Je suis dans la merde Char. Je n'ai pas réussi à en parler à Tom. S'il sait les raisons de sa fuite, il risquerait de le boucler et je n'ai pas envie qu'il fasse de la prison. Et en même temps, je veux qu'il disparaisse de ma vie, il m'a fait trop de mal." Char posa sa main sur celle de sa sœur. Elle était surprise qu'elle se soit confiée à elle, mais ravie. " Ne dis rien pour l'instant, attends un peu voir ce que Wade prépare. C'est bizarre qu'il revienne du jour au lendemain, pourquoi pas avant ? " Elle soupira doucement : " Ca va aller ? Tu veux rester quelques jours à la maison ? " " Non t'en fais pas, je vais peut-être rester chez Tom, il insistait pour qu'on s'installe ensemble, c'est peut-être le bon moment. C'est récent lui et moi, à peine 6 mois, mais je crois que ça pourrait être magnifique." " Alors fonce sweetie." Madeline sourit en entendant ce surnom, il lui avait manqué. " Merci pour tout."


Elle trépignait, incapable de rester en place. Elle se levait, se rasseyait, lançait un coup d’œil au bâtonnet blanc posé sur le lavabo de sa salle de bains. Elle finit par se rassoir sur le rebord de la baignoire et posa ses mains sur ses genoux. Elle respira profondément et jeta un coup d'oeil suspicieux au bâtonnet. S'il y avait deux traits, sa vie changerait pour de bon. S'il n'y avait qu'un trait, ça irait. Enfin, elle ne savait plus trop. Elle finit par se lever au bout de quelques minutes et s'approcha du bâtonnet. Deux traits, roses, pleins. Elle était enceinte. Elle lâcha échapper un rire nerveux. A 39 ans, elle n'espérait plus une maternité, et encore moins depuis que sa vie était devenue un vrai chaos. Sa relation avec Tomas était quelque peu étrange depuis que son mari était revenu dans sa vie, son fils lui en voulait d'être heureuse avec un autre homme. Et dire qu'elle allait avoir un autre enfant. Comment Tomas réagirait-il ? Serait-il heureux ? Elle soupira et jeta le bâtonnet à la poubelle. Elle s'empara de son téléphone et composa le numéro de sa soeur. Cette dernière décrocha au bout de deux sonneries : " Mads ? Ca va pas ? " Madeline soupira, il était plus de 23h. Effectivement un peu tard pour appeler. " Je suis enceinte Char." Elle avait lâché ces mots d'une voix résignée. Que faire d'autre de toute façon ? " Tom est au courant ? " " Non, pas encore. En ce moment, c'est un peu tendu entre lui et moi. Je suis un peu distante depuis le retour de Wade, je suis juste complètement paumée, Char." " Je passe chez toi demain, on prendra le petit déjeuner ensemble, d'accord ? " Madeline hocha doucement la tête : " D'accord." Elle raccrocha, l'esprit torturé. Il valait mieux qu'elle aille dormir. Essayer d'oublier un peu tout ça.

_________________
lost at sea

   
Parfois, certains amis, certaines personnes te déçoivent, c'est la vie et je suis prête à l'accepter. Par contre, je trouve ça affreux de me dire que c'est moi qui risque un jour de décevoir tout le monde. © belzébuth


Dernière édition par Madeline Galloway-Dawson le Ven 22 Aoû - 8:47, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: MADS + La plupart des gens disent qu’on a besoin d’amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d’oxygène.   Sam 16 Aoû - 9:21

Moi aussi je t'aime, sis'  6 

_________________

    Whisper in the ways watching days and moving on. You wake up every monday then suddenly it’s sunday and the week is gone. So till the morning breaks, go and make your mistakes. Don’t be surprised at the sunrise, life is for the living, the forgiven and for leaving town alive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: MADS + La plupart des gens disent qu’on a besoin d’amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d’oxygène.   Sam 16 Aoû - 16:55

17 17 17 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: MADS + La plupart des gens disent qu’on a besoin d’amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d’oxygène.   

Revenir en haut Aller en bas
 

MADS + La plupart des gens disent qu’on a besoin d’amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d’oxygène.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elwing - La plupart des gens disent qu’on a besoin d’amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d’oxygène.
» La plupart des gens disent qu'on a besoin d'amour pour vivre. En fait, on a surtout besoin d'oxygène.
» La plupart des gens disent qu'on a besoin d'amour pour vivre. En fait on a surtout besoin d'oxygène. [Camellia E. Nott]
» Les gens disent qu'on a besoin d'amour pour vivre. Je pense surtout qu'on a besoin d'oxygene.
» Mimi Geignarde ∞ Tu crois que je ne sais pas ce que les gens disent de moi dans mon dos ? (finie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Villains don't get happy endings :: Le début du conte :: Les pages blanches :: Happy Ending-