Partagez | 
 

 Shena Eloa ► 'Cause Baby you're a firework

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


COMPLEMENT D'INFOS
DISPONIBILITE: Libre comme le vent
LIENS:

MessageSujet: Shena Eloa ► 'Cause Baby you're a firework   Lun 21 Juil - 21:07



Shena Eloa

Emma Stone



Nom + Eloa Prénom(s) + Shena Date de naissance + Un 18 avril, il y a 25 ans Lieu de Naissance + Eile Domhan Métier + Serveuse Statut Civil + Célibataire Caractère + Rusée, séductrice, charmante, combattante, volontaire, joueuse, amusante  Ta plus grande peur + Que son patron dérape complètement et la viole. ton plus grand désir + Ouvrir ma boutique de vêtements vintage que je dessinerais Groupe + All Magic Come With A Price

Shena mordille sa lèvre quand elle est nerveuse. + Elle aime changer de couleur de cheveux et alterne entre blond et roux. + Shena adore les comédies romantique surtout quand elle les regarde avec ses coloc +  La nièce de Minah est comme un membre de sa famille pour elle et elle aime s'en occuper. + Elle dessine et couds des vêtements pour les gens qu'elle aime. + Elle pratique le karaté pour savoir se défendre et se défouler. + Shena tient incroyablement bien l'alcool. + Lorsque que quelqu'un lui plait elle a tendance à jouer avec ses cheveux sans même s'en rendre compte. + Quand il n'y a personne au restaurant, soit elle aide le chef à faire de la pâtisserie - c'est une grande gourmande - soit elle dessine des croquis pour les futurs habits qu'elle va coudre. + Un des murs de sa chambre est complètement recouvert de livres, que ce soit des livres de mode ou de la littérature en tout genre. Elle aime d'ailleurs beaucoup le fantastique car dans ces romans les méchants ne sont pas des humains.


derrière l'écran



Pseudo/Prénom + Freya Fréquence de connexion + Le plus possible Comment tu es arrivé ici + J'ai suivi l'imagination débordante de Minah Scénario ou PI + PI


Code pour bottin +
Code:
Emma Stone [color=firebrick]➸[/color] Shena Eloa




Dernière édition par Shena Eloa le Jeu 7 Aoû - 11:36, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


COMPLEMENT D'INFOS
DISPONIBILITE: Libre comme le vent
LIENS:

MessageSujet: Re: Shena Eloa ► 'Cause Baby you're a firework   Lun 21 Juil - 21:08


Il était une fois



« Bonjour princesse ! » Me salua mon père, avant de déposer un baiser sur mon front, à peine eu-je passé la porte de la maison familiale.
J'avais toujours aimée cette bâtisse située dans à Isac Bay. En même temps il aurait fallu être sacrément difficile pour ne pas trouver cette maison à son goût. C'était une immense villa ou se mêlait ancien et nouveau avec une énorme porte vert émeraude. Ma pièce préférée était l'énorme véranda avec vue sur la mer. C'est ici que je me sentais le plus paisible et dessiner dans cet endroit était un vrai bonheur.
Cela me changeait assurément de ma toute petite chambre dans notre coloc' à Clog Downtown. Mais aussi petite soit-elle j'aimais la pièce qui m'était réservée, c'était mon petit cocon que j'avais décoré avec soin. Et puis j'aurais tout le temps pour prendre plus grand plus tard, pour l'instant je devais faire des économies pour mon grand projet.

« Alors tu as bientôt assez de sous pour ouvrir ta boutique? » me demanda mon père, faisant écho à mes pensées.
« Je pense que d'ici un an je devrais pouvoir acheter un local et me lancer dans l'aventure. » Je vis que mon père se retint de me proposer à nouveau de l'argent pour m'aider à obtenir plus vite mon magasin. Nous avions eu cette conversation un bon millier de fois. Je savais que tout ce qu'il voulait était de m'aider mais je voulais ne rien devoir à personne pour ma boutique. C'était mon bébé, mon projet que je choyais depuis des années. Déjà pour mes études de stylisme j'avais tenu a en financer une partie même si mes parents avaient largement l'argent de me les payer. Je ne savais pas pourquoi j'avais tant besoin d'autonomie mais c'était un fait.

« Et dans ton boulot tout se passe toujours bien? »
Me demanda mon père, très certainement pour pouvoir s'éloigner du sujet qui lui brûlait la langue.
« Oui si ce n'est que mon patron est toujours aussi con. » Lui répondis-je en levant les yeux au ciel pour montrer mon exaspération envers Richard.
« Tu es sûre que tu ne veux pas me dire ce qu'il se passe avec lui pour que ta voix soit aussi amère lorsque tu en parle? » Je voyais que ses yeux brillaient d'inquiétudes.
« Ne t'inquiètes pas Papa, si j'avais besoin d'aide c'est vers toi que je me tournerais. » Mais pour l'instant ce dont j'avais surtout besoin c'était de garder mon job et non pas que mon père ne démolisse mon patron.


**********

Je sus avant même d'ouvrir les yeux que je n'étais pas dans ma chambre. La lumière qui se filtrait a travers mes paupières fermées ne me semblait pas être de la couleur habituelle. Si j'étais dans ma chambre, je ne me serais pas endormie en position assise alors que mon lit était si confortable. C'était comme s'enfoncer dans un nuage que  de s'allonger dessus - un nuage un peu dur les lits trop mous ayant tendance à me faire mal aux dos. Et puis j'étais quasiment sûre de n'avoir aucun coussin en forme d'épaule dans ma chambre, ou même où que ce soit dans le loft d'ailleurs. D'ailleurs personne à la coloc ne portait de parfum masculin. Ce fut trop de suspens pour moi. J'ouvris mes paupières.

Oh mon dieu j'étais appuyée sur l'épaule de Nolan. Nolan mon client dont je passais le temps a repousser les - charmantes soit dit en passant - avances. Heureusement je portais encore tous mes vêtements sur moi. En même temps qui s'endormait assis après l'amour? J'avais un énorme mal de crâne comme si j'avais trop bu - ce qui ne m'était pas arrivé depuis très longtemps étant donné que je tenais super bien l'alcool, tous les autres finissaient toujours a vomir la tête dans les toilettes alors que je me portais comme un charme, un charme un peu ivre certes amis un charme quand - ou comme si j'avais trop pleuré. Je n'étais pas sûre de savoir ce que je préférais.

« Ah voilà qu'on se réveille enfin. Bonjour joli cœur ! » Me salua-t-il tandis que je me redressais et quittait la chaleur de son épaule.
« Salut. Pitié, dis moi qu'il... »  « Qu'il ne s'est rien passé?
M'interrompit-il. Tu as conscience que c'est sacrément cliché comme phrase. Tu regardes trop de comédies romantiques. »
Je le fusillais du regard. Ok peut être qu'il m'arrivait de regarder ce genre de programme avec les filles, et peut être que j'adorais ça. Il n'empêche que nul ne pouvait me reprocher de lui poser la question. Nolan me tournait autour depuis très longtemps. J'étais quasiment sûre que si il s'intéressait autant à moi c'était parce qu'il ne supportait pas que je lui dise non, contrairement aux autres filles. Sérieusement ce mec avait eu toutes les filles qu'il voulait, c'est a dire quasiment toute la ville. Il ne devait plus être habituée à entendre quelqu'un lui dire non.
« Sérieusement tu ne veux pas me dire ce que je fais là? C'est encore un peu confus pour le moment. » Lui demandais-je en faisait mes yeux de chien battu.

Ma question eu l'air de l'embarrasser. Je le vis passer plusieurs fois la main dans ses cheveux avant de déglutir. Je savais pour l'avoir vu faire plusieurs fois qu'il était en train de chercher ses mots.
« Et bien hier tu es sortie du restaurant complètement bouleversée. J'ai bien cru que tu allais te faire renverser, tu courrais comme si tu avais un démon aux trousses sans faire attention aux voitures qui arrivaient. » Il marqua un temps de pause avant de reprendre. « Je t'ai couru après pour essayer de savoir ce qui se passait. Quand je t'ai touchée l'épaule pour te faire savoir que j'étais là j'ai bien cru que tu allais me tuer. Sérieux tu m'avais cachée ce côté dangereux, je trouve ça plutôt sexy. Et puis quand tu as réalisé que ce n'était que moi, tu as eu l'air de te calmer un peu. Avant de fondre en larmes. Je t'ai amené ici pour te faire un thé, le meilleur remède pour apaiser une âme tourmentée. Une fois tranquille tu t'es endormie sur mon épaule. »

Les souvenirs m'étaient revenus pendant qu'il parlait. Richard avait dérapé la veille, Max ne travaillant pas et le restau étant désert une bonne partie de la soirée il avait eu tout le champ libre pour agir comme un gros con sans que personne ne s'interpose. J'avais vraiment cru qu'il allait me violer cette fois-ci, il m'avait coincé dans un coin et essayais de me déshabiller. J'avais décidément eu une bonne idée en prenant ces cours de karaté, ils m'avaient bien servis hier soir. J'avais pu l'immobiliser avant de m'enfuir. Quand Nolan m'avait tapé sur l'épaule j'ai cru que ce salaud m'avait rattrapé.

Je me tournais vers lui et lui adressais un grand sourire franc. Hier soir il avait été mon sauveur. J'avais toujours été a deux doigts de tomber amoureuse de lui - le fait que je sois si sûre qu'il se lasse de moi à peine aurais-je céder à ses avances me retenant - mais je ne l'avais vu sous cet angle là. Il s'était comporté comme un gentleman, ne me demandant pas une seule fois ce qui m'avais mise dans cet état et ne tentant aucune approche. Cet homme était un peu trop parfait pour mon propre bien.
« Merci Nolan, j'avais vraiment besoin d'un ami hier. »
« Hier! Mais aujourd'hui c'est pas d'un ami que tu as besoin n'est ce pas? » Me demanda-t-il avec son sourire de séducteur.
« Non tu as raison. » Je laissais quelques secondes avant de reprendre. « Aujourd'hui j'ai surtout besoin d'une bonne douche chez moi. Mes amies doivent être morte de trouille en plus, je les préviens toujours quand je découche. »
Je jetais un coup d'œil à mon téléphone portable avant de grimacer. 6 appels manqués? Elles avaient dû s'inquiéter en effet.

Je me levais et déposait un baiser sur sa joue. Sa barbe naissante me piqua les lèvres mais la sensation était loin d'être désagréable.
« Je t'invite à manger un de ces quatre pour te remercier. En tant qu'ami bien sur. » Ajoutais-je avec un clin d'œil. En parlant j'en avais profité pour ramasser mes affaires, si bien que j'étais déjà dehors avant qu'il ai pu répliquer quelque chose.


**********

Cela faisait 3 jours que je me terrais dans notre loft. J'avais prétendue avoir fait un malaise au boulot suite à mon grand état de fatigue et avoir décidée de prendre quelques jours de repos. Personne n'avait été surpris de cette annonce, en effet je travaillais comme une forcenée sans jamais prendre de vacances afin de pouvoir ouvrir ma boutique le plus tôt possible. Je me faisais toujours payer les jours de congés que je ne prenais pas. Cela faisait depuis la fin de mes études - à savoir 3 ans - que je n'avais pas pris plus que mes deux jours de repos par semaine. Et lorsque je ne travaillais pas je passais mon temps à coudre des tenues, la plupart du temps pour mes amies et moi. Il m'arrivait quelque fois de mettre celles dont j'étais particulièrement fière de côté pour pouvoir les vendre plus tard. Aucun risque que la robe soit passée de mode lorsque j'ouvrirais ma boutique puisque mon style était résolument rétro.
Max était la seule personne a savoir comment cela se passait avec Richard. Je lui avais raconté mes récents déboires sitôt l'appartement de Nolan quitté. Personne d'autre que lui n'était au courant des harcèlements quotidiens que je subissais. Je ne savais pas pourquoi je cachais ça comme un secret honteux. Peut être que j'avais tout simplement peut de finir par entendre raison et quitter ce boulot. Si cela se produisait alors je serais contrainte de devoir demander de l'argent à mes parents, je refusais qu'on m'aide. C'était mon commerce et je voulais ne devoir mon succès qu'à moi même si celui-ci venait un jour. Un psy aurait certainement pu trouver mille et une raisons de mon obstination. Je n’en voyais qu’une, j’avais besoin de me prouver que j’étais capable de faire les choses par moi même.

Minah m'avait laissée seule avec sa nièce en cet fin d'après midi. Elle était toujours celle de nous qui rentrait la première à la maison en temps normal, elle était la plus présente possible pour Eireen. J'admirais la force et le courage dont elle avait fait preuve en apprenant que c'était à elle que revenait la garde de sa nièce. Elle élevait parfaitement sa nièce, lui donnant autant d'amour qu'elle en aurait donné à son propre enfant j'en étais persuadée. D'ailleurs cette gamine était plus que choyée, elle avait 4 adultes qui la gâtaient, s'occupaient d'elle avec grand plaisir. Aucune de nous n'avait râlé pour son petit confort en apprenant que Minah allait devoir élever sa nièce au loft. C'est aussi pour ça que j'aimais mes colocs. Elles avaient peut être leurs petits défauts mais elles avaient aussi le cœur sur la main.
Comme la petite dormait a point fermée Minah m'avait demandé si ça m'ennuyait de la garder pendant qu'elle faisait un tour à l'hôpital avant d'aller faire deux trois courses. Passer du temps avec Eireen était toujours un plaisir, mais j'avais néanmoins exigée une soirée beuverie une fois que la demoiselle serait couchée pour la nuit. J'en avais grandement besoin.

J'aimais vraiment les enfants de tout mon cœur, avoir Eireen à la maison me permettait de calmer un peu mes envies de maternité. Certes je souhaitais de tout mon cœur être mère avant mais je devais d'abord réaliser mon rêve. Et accessoirement trouver le père...
J'étais en train de coudre une robe à Eireen, rouge avec des cœurs blanc - j'étais dans ma période rouge et tout ce que je cousais en ce moment était rouge, Minah avait d'ailleurs une robe dans le même style que celle de sa nièce qui l'attendait, j'avais juste remplacée les cœurs par des pois histoire que ce soit moins niais - quand la petite se mît à pleurer pour me signaler qu'elle était réveillée. Comme j'étais en train de coudre des petits détails, je faisais ça avec une aiguille et non à la machine aussi lorsque son cri me fit sursauter je me plantais l'aiguille dans le doigt me faisant saigner. J'avais la fichue tendance à oublier de mettre des dés à coudre quand je cousais tant et si bien que me piquer était une habitude. Je suçotais mon doigt pour qu'il s'arrête de saigner en allant chercher Eireen.
« Coucou ma belle, c'est moi qui m'occupe de toi pour l'instant. Qu'est ce que tu dirais qu'on joue un peu avant de lire une histoire et d'aller goûter? » Dis-je en attrapant la petite dans son lit. Son sourire adorable me fit complètement fondre. Cette gamine me mènerait bientôt par le bout du nez, j'en étais convaincue.



Dernière édition par Shena Eloa le Mer 6 Aoû - 14:06, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


COMPLEMENT D'INFOS
DISPONIBILITE: Libre comme le vent
LIENS:

MessageSujet: Re: Shena Eloa ► 'Cause Baby you're a firework   Mar 22 Juil - 4:43

17 17 

_________________
Never let me go

«You're on my mind every night and iin the morning when I wake don't leave me lonely can you just hold me together before I break there is something I see in your eyes oh and it gives me butterflies I just cant stop thinking you make me weaken don't you know I will be true» © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Shena Eloa ► 'Cause Baby you're a firework   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shena Eloa ► 'Cause Baby you're a firework

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Baby Deoxys alias Deox
» P... de baby-boomers 68tards...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Villains don't get happy endings :: Le début du conte :: Les pages blanches :: Happy Ending-