Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 CHAR + life is for the living

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


MessageSujet: CHAR + life is for the living   Mar 12 Aoû - 17:02



charleen lilas scarlett galloway-butler

holly marie combs



Nom + Galloway est son nom de jeune fille, et Butler, son nom d'épouse. Prénom(s) + Elle et sa soeur, ont chacune trois prénoms. Le principal, pour elle il s'agit de Charleen. Puis une fleur, elle a eu droit à Lilas. Et enfin, le prénom d'une héroïne. Elle a eu Scarlett, en hommage à Scarlett O'Hara, d'autant en emporte le vent. Date de naissance + 5 mars 1972 Lieu de Naissance + Eile Domhan Métier + Institutrice en maternelle Statut Civil + Elle est marié depuis 20 ans à un homme qu'elle aimé comme une folle mais qu'aujourd'hui, elle n'aime plus du tout. Elle est même amoureuse d'un autre, bien trop jeune pour elle. Caractère + Forte + Protectrice + Tendre + Rancunière + Organisée + Perfectionniste + Patiente + Pragmatique + Un brin maniaque Ta plus grande peur + Perdre sa fille Ton plus grand désir + Elle n'en a pas vraiment. Désirer quelque chose, s'est prendre le risque d'être déçue. Groupe + true love kiss can break any curse

Est une grande amatrice de vin. Elle a d'ailleurs une belle collection chez elle. Une des rares chose qu'elle partage avec son mari. Elle a tout de même peur qu'un jour cette passion se transforme en excès. + Quand elle stresse ou qu'elle est en colère, son meilleure exutoire est de faire le ménage. Ce qui peut parfois être difficile, vu qu'elle fait toujours en sorte que sa maison soit propre et accueillante. + Elle n'a jamais voulu devenir la femme du maire. Quand Declan a voulu se lancer, elle l'a tout simplement soutenu. Tout en faisant son possible pour que cela n'atteigne pas leur vie de famille. + Grande fan de littérature, il y a une énorme étagère dans le salon où sont entreposés ses livres. Quand sa fille était petite, elle lui lisait toujours l'un de ses romans pour l'endormir. Aujourd'hui adulte, Sinead a, elle aussi, contribué à remplir cette bibliothèque. Elle s'échange d'ailleurs souvent leurs lectures. + Elle se ronge les ongles. Une mauvaise manie qu'elle a depuis l'enfance. Elle le fait pour tout et pour rien. Quand elle stresse, quand elle s'ennuie, quand elle réfléchi... + Elle a une sœur et un frère, mais elle est l'ainée. Mads a 3 ans de moins et Rich 7. Enfant, elle a tout fait pour les protéger au maximum. Surtout avec le divorce des parents. Elle, de son côté, l'a très mal vécu. C'est aujourd'hui une des raisons qui fait qu'elle se bat pour l'unité de sa famille. + Elle est une cuisinière hors-pair ! Gâteau, plat, elle sait tout faire. Au grand plaisir de ses proches qui en profite grandement. Surtout son mari qui aime organiser des repas pour garder sa côte. + Malgré le divorce chaotique de ses parents, adolescente, elle avait voulu continuer à croire au prince charmant et au grand amour. Elle avait perdue cette foi en vieillissant. Mais finalement, dernièrement, elle recommence à y croire, petit à petit. + Sa fille, c'est tout pour elle. Sa raison de se lever le matin, de se battre et de sourire. Sinead est son petit rayon de soleil. Quelques temps après sa naissance, elle c'était d'ailleurs fait tatouer en son honneur. Un lierre qui entoure son poignet. Comme le deuxième prénom qu'elle lui a choisit, Eidhnean, qui signifie lierre. + Si elle avait continué à jouer la grande soeur parfaite et agaçante avec Rich' -en lui cherchant une femme et en se melant de sa vie privée- elle s'était éloignée de sa sœur. Elle heureuse, aujourd'hui, de retrouver peu à peu la relation qu'elle avait avec Mads avant.


derrière l'écran



Pseudo/Prénom + votre maman dragibus, pour la troisième fois ! Fréquence de connexion + Assez longtemps pour vous poursuivre ! Comment tu es arrivé ici + En créant le forum, si si. Scénario ou PI + Inventé, of course

Code pour bottin +
Code:
Holly Marie Combs [color=firebrick]➸[/color] Charleen Galloway-Butler



_________________

    Whisper in the ways watching days and moving on. You wake up every monday then suddenly it’s sunday and the week is gone. So till the morning breaks, go and make your mistakes. Don’t be surprised at the sunrise, life is for the living, the forgiven and for leaving town alive


Dernière édition par Charleen Galloway-Butler le Mer 13 Aoû - 13:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: CHAR + life is for the living   Mar 12 Aoû - 17:10


Il était une fois



« Papa, on veut le voir ! » Monsieur Galloway poussa un long soupir en regardant ses filles. Charleen, bien que plus âgée, semblait tout aussi excité que Madeline de voir leur petit frère. « Encore un peu de patience les filles. Il faut juste attendre que les médecins aient fini tout leurs examens. » « Mais on a été plus que patiente ! Il a été long à naitre. » S'exclama Mads. Il fallait dire que leur mère avait tout de même passé près de 24 heures en salle de travail. Cela avait été long, surtout pour deux petites impatientes qu'elles étaient devenus durant les 9 mois qu'avait duré la grossesse. Elle l'avait attendu ce bébé. Finalement, une sage-femme arrive vers eux. « Vous pouvez entrer dans la chambre. » Les filles poussèrent un cri de joie, bien vite réprimé par le chut autoritaire de leur père. Mais l'autorité céda bien vite la place au sourire et il fit signe au brunette de le suivre en direction de la chambre qu'occupait leur maman. Ils la trouvèrent dans son lit, avec le nourrisson dans ses bras. « Oooh » La bouche de Charleen s'arrondit sous la surprise. Il paraissait si petit. Madeline accourut directement vers le lit et grimpa dessus. Il fallut quelques instants à sa sœur pour la suivre, mais quelques instants plus tard, elles étaient toutes les deux penchés sur le visage rougi de leur petit frère. « Il s’appelle comment ? » demanda alors Mads. Leur mère eut un sourire. « Richard. » Char caressa la mains de son petit frère du bout des doigts. « Salut petit Rich' » Ce dernier attrapa alors le doigt de sa sœur, faisant alors de celle-ci sa plus grande alliée dans sa vie.

Char referma rapidement la porte de sa chambre. Ca ne coupait pas le son, mais l'atténuait au moins un peu. Elle n'en pouvait plus d'entendre ses parents se disputer sans arrêt. Hier soir, sa mère était venue dormir avec elle et avait tenté de lui expliquer ce qu'était le divorce. Mais elle savait très bien ce que c'était. Des tas de copine à elle avaient des parents divorcés. Elle n'aurait pas cru que cela lui arriverait à elle aussi. Elle se détourna de la porte pour jeter un œil sur son lit. Mads et Rich' était là, dans les bras l'un de l'autre. Elle était la grande sœur, elle devait les protéger. Elle avait été jusqu'à les chercher chacun leur tour dans leur chambre pour qu'ils restent tout les trois ensemble. Elle se dirigea alors vers le poste du musique qui occupait sa commode. « Si on mettais un peu de musique et qu'on chantait de toute nos forces ? Vous en pensez quoi ? » C'était au le meilleur moyen qui lui était venu pour couvrir les cris. Mais elle sembla plaire à Richard. En un bond il avait quitté les bras de Madeline et se tenait debout sur lit. « Oui ! Et on fait la fête comme ça ! » Les deux filles échangèrent un sourire. Elles l'adoraient leur petit frère. A 5 ans, il prenait mieux les problèmes de leur famille. Ou ne s'en rendait pas vraiment compte. Mads se leva à son tour, sur le lit également. Charleen lança alors la musique. Elle courut alors les rejoindre et ils sautèrent ensemble sur le lit, riant à gorges déployées. Pendant ce temps, en bas, leurs parents prenaient la décision de divorcer.

Elle poussa un long et bruyant soupir, en refermant la porte de la chambre. Elle avait quitté la maison uniquement pour éviter de rencontrer le nouvel homme de sa mère. Depuis le divorce, elle les enchaînait. Char avait beau avoir bientôt 18 ans, elle n'approuvait pas du tout les choix de sa mère. Elle ne l'approuvait pas depuis le divorce de toute manière. Elle avait donc pris le premier prétexte pour s'enfuir. Une amie du lycée l'avait invité à une fête, lui disant qu'il y aurait même des étudiants. Elle s'en fichait pas mal de qui serait là, tant qu'elle pouvait s'enfuir. Mais une fois sur place, elle se rendit compte qu'elle aurait peut-être du écouter. Des étudiants, cela voulaient dire des lycéennes prêtes à tout pour les séduire. Une image qui avait bien vite donné envie de vomir à la jeune fille. La fête se déroulant dans une maison, elle était donc monté à l'étage pour s’éclipser.  A peine la porte fermée, elle avait fermé les yeux, adossés contre le battant. « Désolé, mais faudra trouver un autre endroit pour t'isoler, ici c'est pris. » Elle ouvrit subitement les yeux. Un type était installé sur un fauteuil prêt du lit. Un étudiant de toute évidence, vu qu'elle ne le reconnaissait pas. « Désolée, mais les autres sont toutes prises. Et pas pour chercher un peu de calme. Tu devras donc faire avec moi. » Elle alla jusqu'à lui faire un petit sourire. Elle avait ouvert deux autres portes avant de trouver cette chambre. Pour tomber à chaque fois sur une lycéenne nue avec un étudiant. Enfin,non, dans la deuxième c'était un lycéen, pas une lycéenne. Enfin, c'était une toute petite différence. L'étudiant se mit alors à rire. « Okay, je te laisse rester ici. » Elle eut un sourire triomphant et alla se jeter dans le lit. L'étudiant secoua la tête d'un air amusé. Puis il sortit une bouteille de vin, qui était posé au sol, caché par le fauteuil. « T'as du vin ? » S'étonna-t-elle. « Je croyais que les étudiants ne juraient que par la bière... » Il laissa échapper un soupir. « Parce qu'une lycéenne comme toi y connaît quelque chose peut-être ? » Elle se leva d'un bond et lui attrapa la bouteille des mains. « Mais elle coûte une fortune, celle-là ! » Il plissa des yeux en la regardant, visiblement surpris de voir qu'elle s'y connaisse un peu. Elle en profita pour en boire une gorgée. Elle ferma les yeux en sentant le goût du vin dans sa bouche. « Fruité comme je les aime. » Sa mère était sortie quelques temps avec un revendeur de vin. Ce type n'avait pas laissé de trace notable si ce n'est une passion du vin pour Char. L'étudiant lui reprit la bouteille des vins. « Tu es finalement plus intéressante que je le croyais, la lycéenne. » Elle leva les yeux au ciel avant de se rasseoir sur le bord du lit. « Charleen. Je m’appelle Charleen. » Il lui tendit la bouteille avec un sourire. « Enchanté Charleen. Moi c'est Declan. »

Ils étaient là silencieux, se tenant la main comme ils ne l'avaient jamais fait. Trois mois qu'ils avaient pris un appartement ensemble et déjà les complications arrivaient. Ils étaient là, a attendre qu'un bout de plastique se décide à savoir s'il allait changer leur vies ou pas. Un trait, la vie reprenait son cours normal. Deux traits, ils allaient mettre au monde une autre vie. Concentré sur la chose de plastique blanc, elle ne se rendit pas compte que Declan, lui, ne regardait pas l'objet. Il la regardait, elle. « Épouses-moi. » Elle tourna instantanément son regard vers lui. « Quoi ?! » Il souriait. De ce sourire éblouissant qui la faisait fondre depuis plus de deux ans maintenant. « Deviens ma femme. Deviens Charleen Butler. » Elle secoua la tête attristée. « Je refuse de t'épouser parce que tu penses que je suis enceinte. Dans une minute, si il n'y a qu'un trait qui apparaît, tu changeras d'avis. » Il secoua la tête, avant de passer sa main sur son visage. « Non, je changerais pas d'avis. Ce serait merveilleux qu'on devienne parents. Maintenant ou plus tard peu importe. Tout ce que je sais c'est que je veux faire ma vie avec toi. On est si bien tout les deux. On est peut-être jeune pour parler de mariage, je m'en moque. Je veux pouvoir t'appeler ma femme. » Il quitta alors le lit où ils étaient tout les deux assis, pour s'agenouiller devant elle. « J'ai pas de bague pour l'instant, mais c'est promis, j'irais t'en acheter une. Alors, Charleen Lilas Scarlett Galloway, accepterais-tu de devenir ma femme ? » Dans sa cage thoracique, le cœur de Char ne cessait d'accélérer. Mais finalement, elle eut un énorme sourire et c'est presque en criant qu'elle lui répondit. « Oui ! Oui ! Oui ! » Declan n'aurait pu paraître plus heureux qu'à cet instant. Ils s'embrassèrent alors, jusqu'à ce qu'il se souvienne d'un bidule en plastique qui les attendaient. Declan jeta un regard à sa montre. « C'est l'heure. » Char se pencha sur le test, beaucoup moins stressée que tout à l'heure. Peu importe la réponse, ils étaient ensemble de toute manière. « C'est positif. » Elle releva la tête vers lui Deux traits étaient apparus. Il eut un nouveau sourire. « On va avoir un bébé. » Declan l'attira vers lui pour l'embrasser de nouveau. Elle était sa fiancée. La mère de son enfant.

Char installa sa fille sur ses genoux, alors qu'ils attendaient le dépouillement du scrutin. Sinead, sa fille, allait vers ses 6 ans. Elle ressemblait de plus en plus à sa mère. Bien qu'elle est le sourire de son père. Ce sourire qui arrivait à illuminer une pièce entière. Charleen était d'ailleurs sur que c'était ce sourire qui  lui avait permis d'aller si loin dans les élections municipales. Declan avait toute ses chances de devenir maire. Et elle était sure qu'il serait excellent à ce poste.Pour ça qu'elle l'avait soutenu autant. Tout en veillant au bien être de Sinead, bien sur. Sa fille était sa priorité numéro 1. Il était actuellement assis à côté d'elle. Elle tourna la tête vers lui, lui adressant un sourire d'encouragement. Il le lui rendit, tout en attrapant sa main et celle de Sinead. Les résultats n'allaient pas tarder à tomber. Ils étaient également entouré des principaux participants à sa campagne, ses alliés. Mads et Richard faisaient partis de la foule. Puis, enfin, une chargée au dépouillement arriva dans la salle. « Monsieur Butler, j'ai l'honneur d'être la première personne à vous appeler monsieur le maire. » Puis Declan eut un énorme sourire. Un de ses sourires magiques qui illuminaient tout. Il se pencha vers sa femme et sa fille pour les serrer dans ses bras. Une famille parfaite et unie. Exactement comme Charleen en avait toujours rêvée.

Charleen poussa la porte du restaurant, faisant tinter la clochette qui y était accrochée. Sinead à côté d'elle. « Navrée, chérie, mais non. Tu ne te perceras pas le nombril. » Sin' poussa un soupir avant de se poser à une table. « Toi t'as bien un tatouage. » « Je l'ai fait en y réfléchissant pleinement, chérie. Pas sur un coup de tête. » La brunette eut un sourire. « C'est pas ce que dit papa, il dit que tu l'as fait sur un coup de tête à ma naissance. » Char leva les yeux au ciel. Declan ne savait jamais tenir sa langue face à Sinead. Un vrai papa gâteux face à sa fille adolescente. « Okay, faisons un deal. Si a tes 18 ans, tu veux toujours autant le faire. Je te le paierais moi-même. Marché conclu ? » L'ado se jeta au cou de sa mère. « Tu es la meilleure maman. » Charleen ria doucement. « Mais bien sur... Laisse moi nous commander à manger ! » Elle laissa sa fille à table et se dirigea vers le comptoir et le nouveau propriétaire des lieux. « Salut petit frère ! » Richard se pencha pour déposer un baiser sur la joue de sa sœur. Il avait décidé de se lancer dans la restauration. Char avait alors tout fait pour l'aider. Et puis être la femme du maire permettait de faire pas mal de pub. « Je vous sers tout de suite ou vous attendez Declan ? » L'institutrice secoua doucement la tête. Un fossé était en train de se créer entre elle et son mari. Il enchaînait les mandats mais petit à petit, Char ne le voyait plus, ne le reconnaissait plus vraiment. Mais bon, elle se voyait mal dire tout ça à quelqu'un. « Le maire est toujours occupé, tu sais. Du coup, je profite de ma fille. » Rich hocha de la tête. « T'as bien raison. Allez installes toi, je vous apporte à manger. » (…) « Maman, je peux aller rejoindre les filles ? » Char poussa un soupir. « Mais chérie, tu n'as pas encore pris de dessert ! » Sinead prit une petite moue désolée. Avec un regard de chien battu digne de tout enfant Galloway. Charleen ne pouvait que capituler. « Bien tu peux y aller. J'ai plus qu'a espéré que ton oncle me tienne compagnie. » « Merci maman ! » Sinead attrapa son sac et se dirigea vers la porte. Puis finalement, elle se stoppa avant de faire demi-tour. Elle planta un baiser sur la joue de sa mère. « Je t'aime, maman. » « Je t'aime aussi. »

« Bonjour, madame Butler ! » Char se tourna vers la secrétaire de son mari. « Bonjour. Declan est là ? Je lui apporte son repas. D'ailleurs, j'en ai un pour vous aussi. » Cela suffit à décrocher un sourire à la secrétaire. Declan bosserait trop pour ne serais-ce que penser à ce genre de choses. Il ne se nourrissait même pas lui même. Au moins, Char était toujours la bienvenue à la mairie. Tout le monde l'appréciait ici. Après tout, la famille était une des bases de la politique de son mari. Sa présence paraissait donc normal. Et cette base familiale avait tout de même permis à Declan d’enchaîner les mandats. « Merci. Vous êtes vraiment fantastique ! Monsieur le maire est avec l'adjointe O'Hara en se moment, mais je suppose que vous pouvez y aller. » « Merci. » Elle déposa une des boites repas sur le bureau et se dirigea vers celui de son mari. Elle toqua à la porte avant d'entrer directement, sans attendre une réponse. Elle en resta abasourdie. Declan et son adjointe, en train de s'embrasser ? Elle entra et claqua la porte. Ce n'est que là qu'ils se rendirent compte de sa présence. « Char ?! » Elle plissa les yeux, prête à en découdre avec lui.

Char avait réussi à envoyer Sinead dormir chez une amie. Elle n'avait aucune envie que sa fille voit ses parents se déchirer de la sorte. Elle ne méritait pas ça. Si elle-même cela l'avait brisé, elle ferait tout pour protéger l'adolescente. Et ça n'avait pas loupé, ils n'avaient fait que hurler. Elle avait pleuré. Elle était maintenant dans leur chambre, seule, assise devant la fenêtre. La colère retombait petit à petit. « Char... » Declan était à la porte, apparemment lui aussi avait laissé sa colère retombé. « Rendons-nous à l'évidence. Il y a longtemps que l'on s'aime plus. » Elle ferma les yeux un instant, en prenant une profonde inspiration. Il en profita pour s'approcher et s'agenouiller devant elle et attrape ses mains. « Je dis pas que je n’éprouve pas de l'affection pour toi, mais ce n'est plus de l'amour. » Elle ouvrit finalement les yeux et le regarde. « Je sais... » Il y a longtemps qu'elle s'en était rendue compte. Mais elle avait préféré se taire, ne pas briser leur famille. « Mais on fait quoi maintenant ? Je refuse de divorcer et de faire du mal à Sinead. » Il passa une main sur ses longs cheveux, tendrement. Oui, dans le fond, elle avait toujours une profonde affection pour lui, mais cela s'arrêtait là. « Ne divorçons pas. Je ne veux pas plus faire de mal à notre fille, c'est ma princesse. Et franchement, qui ferait encore confiance au maire qui met sa famille en avant si je divorce. » Elle fronça les sourcils. « Vraiment ?! Tu ne voudrais pas refaire ta vie avec une autre. » Il eut un sourire. « Ma vie est très bien avec toi. Et franchement, je crois que je passe juste du bon temps avec les autres. Pour moi tu es ma famille. » Bon, elle devait l'avouer, c'était un peu tordue cette façon de faire. Mais cela lui allait parfaitement. Ce n'était pas comme si elle même voulait refaire sa vie. Elle ne voudrait même pas faire d'autres enfants. « D'accord. On fait comme ça. »

« Désolé si je vous parais casse-pied avec mes questions, mais je suis juste complètement largué. C'était ma femme qui s'occupait de tout ça avant et maintenant... » Char eut un sourire compatissant. Ce ne devait pas être évident pour un jeune père de se retrouver veuf du jour au lendemain. Surtout que son fils était jeune. Il allait à peine faire sa première rentrée scolaire. Il devait alors apprendre à jouer le rôle de la mère tout en restant un père. La tâche ne devait pas être bien facile. Et elle n'était peut-être pas la mieux placé pour lui répondre. C'était le directeur qui s'occupait de ça en tant normal, il était absent. Elle avait donc pris le relais à sa place. Mais elle n'avait jamais fait ce genre de rendez-vous par le passé. Au moins, elle était une mère et connaissait l'école, c'était toujours ça. « Vous en faites pas. N'hésitez pas à me poser vos questions. Je comprends totalement votre inquiétude, monsieur. » « Appelez-moi Elwyn. » Lui demanda-t-il en souriant. Elle lui rendit son sourire. « Comme vous le voulez. » Non, elle ne l'inviterais pas à l'appeler par son prénom. C'était trop personnel et elle voulait resté professionnel. Surtout qu'elle avait la drôle d'impressions qu'il tentait de la charmer, mais elle devait rêver. Tout le monde savait pertinemment qu'elle était la femme du maire, même si son couple n'en était plus vraiment un. Ce n'était pas pour autant qu'elle se laisserait séduire par un homme qui avait plus de dix ans de mois qu'elle. Elle n'était pas désespérer à ce point. Elle ne l'était même pas du tout. « L'école sera heureuse d’accueillir votre fils à la rentrée prochaine. » Rester focalisé sur le sujet de la conversation. Voilà un meilleur plan !

Charleen laissa tomber sa tête contre le volant. C'était pas son jour de chance. Vraiment pas. Sa voiture refusait de démarrer et il pleuvait à torent. Elle pourrait bien rentrer à pied, mais sous la pluie... L'idée était bien moins séduisante. On toqua alors à sa fenêtre. Elle releva la tête. Elle reconnut le visage d'Elwyn sous le parapluie. Il lui fit signe de baisser la vitre. Elle la baissa à peine, ne laissant ainsi pas entrer l'eau dans l'habitacle. Heureusement qu'elle avait refuser que Declan lui achète une nouvelle voiture. Les vitres manuels, ça avait du bon. « Votre voiture est en panne ? » « Oui ! » Il lui indiqua le bâtiment en derrière lui. « Je vis ici. Montez le temps que la pluie se calme ou que quelqu'un puisse venir vous chercher. » Elle ne se le fit pas dire deux fois. Elle commençait à avoir bien trop froid dans sa voiture. L'idée de se mettre au chaud lui disait bien. Elle sortit donc de son auto, Elwyn passa un bras autour d'elle et, la serrant contre elle, la fit entrer dans le bâtiment. Etre si proche du corps d'un homme parut bien étrange à Char. Depuis combien de temps cela ne lui était-il pas arrivé ? Declan ne la touchait plus maintenant. Aucun homme ne le touchait. Ils arrivèrent rapidement dans l'appartement du jeune homme. « Vous êtes trempée. Ne bougez pas, je vais vous chercher une serviette. » Il partit en direction de la salle de bain, la laissant seule dans le salon. Elle regarda autour d'elle. On voyait bien que l'endroit était pris par un enfant. Les jouets avaient pris le pouvoir sur les affaires d'adultes. Char ne put s'empêcher d'en sourire. Cela lui rappelait son salon, quand Sinead était encore une toute petite fille. Poupée, dînette et autres jouets avaient pris le pas sur les livres et les bouteilles de vin. Même la télé n'avait pu y couper. Adieu film d'action et drame, bonjour les dessins animés. Au moins, les dessins animés, Char, elle aimait quand même. Elwyn revint alors, lui tendant une serviette. Elle la lui prit. « Votre fils n'est pas là ? » « Non, il est chez ses grand-parents. Je vous sers un café ? » Elle hocha la tête avec un soupir. « Oui merci. Et merci de m’accueillir. » « Pas de problème. » Il revint quelques instants plus tard, en lui tendant une tasse fumante. Cette situation était des plus étranges pour elle. Être seule avec un homme, en buvant un café. Non, elle n'était pas habituée à ça. Ou plus habituée. Et dans le fond, elle aimait ça. Se sentir un peu femme. Et pas juste une mère ou une épouse. « Tout va bien ? » Elle ne s'était même pas rendue compte qu'elle était perdue dans la contemplation de ses mains. Elle releva la tête. « Oui, oui, tout va bien. » D'un mouvement lent, il attrapa alors la serviette qu'elle avait laissé autour de son cou. Soulevant un bord, il vint le poser sur sa tempe et essuya sa joue. « Vous aviez encore un peu d'eau. » « Merci. » Elle se perdit alors dans ses yeux bleus, absorbés par eux. Et il sembla en faire de même dans le regard de la jeune femme. Puis, sans que l'un ou l'autre ne puisse le prédire, leurs lèvres se touchèrent et s'explorèrent. Lorsqu'ils se séparèrent, Char fut bien incapable de prononcer le moindre mot. Elle posa alors sa tasse et sortit à toute vitesse de l'appartement.

Charleen écoutait attentivement sa sœur. Voilà plus d'une heure qu'elles parlaient toutes les deux. Depuis combien de temps cela ne leur était-il pas arrivés ? Avant, elle n'avait aucun secret l'une pour l'autre. Les enfants, les maris, la vie les avaient peu à peu éloignés. Mais ils sembleraient qu'elles soient aujourd'hui davantage prête à se parler l'une l'autre. Mads avait débarquer en annonçant que son mari était revenu. Tout le monde le croyait mort depuis longtemps. Et Madeline, se retrouvait perdue entre l'homme qu'elle avait épousé, et le nouveau, celui qu'elle lui avait redonnée goût à l'amour. Char était un peu dans le même conflit. Sauf que sa sœur avait encore des sentiments pour son mari, contrairement à elle... Char posa finalement sa main sur celle de sa sœur. « Tout va bien se passer, tu verras. Les choses finiront par s'améliorer. » Elle savait que ce qu'elle disait n'était qu'une bien piètre consolation. Mais c'était tout ce qu'elle avait trouvé à dire... « Avec les enfants, on a tendance à laissée notre bonheur personnel en plan, hein ? » Madeline eut un pauvre sourire. « Parfois je me dis qu'on devrait pas. Franchement, quand je regarde mon fils... Je sais que bientôt il quittera la maison, qu'il n'aura plus besoin de moi. Et a ce moment là, je ferais quoi ? » Char détestait se poser ce genre de questions. Elle ne voulait pas imaginer le départ prochain de Sin' de la maison. Pourtant, a 22 ans, pas de doute que cette dernière devait y penser. « Aucune idée... Ce qu'on faisait, avant, je suppose... »

« Maman ? » Char se tourna vers Sinead qui entrait dans le salon. Elle fronça les sourcils, puis posa le verre de vin qu'elle tenait, ainsi que son livre. « Qu'est ce qui se passe, ma puce ? » Sin' se mordit la lèvre inférieure avant de venir s'asseoir sur le canapé au côté de sa mère. « On a toujours dit qu'on devait tout se dire, pas vrai ? » Char hocha de la tête, consciente qu'elle ne l'avait pas fait de son côté. Elle n'avait pas parlé de l'espèce de pacte qu'elle avait passé avec Declan. Et encore moins du baiser qu'elle avait pu échanger avec Elwyn. Elle tentait de se consoler en se disant que la plupart des mères cachaient des choses à leurs enfants. Même si elle ne voulait pas être comme la plupart des mères. « Je t'ai caché quelque chose, maman. » Charleen fut tout de même soulagée de savoir que Sinead voulait lui avouer quelque chose, et non la faire avouer quelque chose. Char attrapa la main de sa fille. « Qu'est ce qui se passe, chérie ? » Sin' prit une profonde inspiration. « Ça fait déjà quelques mois que je vois quelqu'un, maman. Et je suis vraiment amoureuse de lui. » Charleen n'aimait pas du tout ce qu'elle entendait. Sa fille c'était sa princesse, son rayon de soleil. Un petit oiseau qu'elle avait bien du mal à laissé s'envoler. Néanmoins, elle garda son sourire, ne montrant rien de son trouble. « D'accord, racontes-moi tout sur lui. »

Elle était folle, complètement folle. Une folle qui s’apprêtait à faire la plus belle bêtise de sa vie. Mais une bêtise qu'elle voulait faire. Qu'elle avait envie de faire. Mads avait raison en définitive. Elle sacrifiait son bonheur pour qu'un jour Sinead la laisse. Donc non, elle n'allait pas divorcer, mais elle prendrait les petites choses qui se présenteraient devant elle. D'une main fébrile, elle frappa à la porte qui s'ouvrit rapidement. « Charleen ?! » Elwyn semblait bien surpris de la voir. Mais elle, elle ne pouvait être plus heureuse. Il l'avait appeler par son prénom et pas madame Butler. Et avant qu'elle ne se mette davantage à réfléchir. Avant que la peur ne lui fasse faire demi-tour. Elle se jeta alors dans ses bras, tout simplement. Le jeune père répondit avec joie à son baiser. Il l'attira à l'intérieur avant de refermer la porte.

_________________

    Whisper in the ways watching days and moving on. You wake up every monday then suddenly it’s sunday and the week is gone. So till the morning breaks, go and make your mistakes. Don’t be surprised at the sunrise, life is for the living, the forgiven and for leaving town alive


Dernière édition par Charleen Galloway-Butler le Dim 17 Aoû - 20:44, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: CHAR + life is for the living   Mar 12 Aoû - 20:45

Let's have a glass of wineeeeeeeeee!!! 22 22 

_________________

Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
« Choose to trust your heart instead of your head. Just one time. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: CHAR + life is for the living   Mar 12 Aoû - 21:30

Oh ouiiii  22 

_________________

    Whisper in the ways watching days and moving on. You wake up every monday then suddenly it’s sunday and the week is gone. So till the morning breaks, go and make your mistakes. Don’t be surprised at the sunrise, life is for the living, the forgiven and for leaving town alive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


COMPLEMENT D'INFOS
DISPONIBILITE: Libre comme le vent
LIENS:

MessageSujet: Re: CHAR + life is for the living   Mer 13 Aoû - 12:59

15 15 15 

Holly est parfaite  6 

_________________
Never let me go

«You're on my mind every night and iin the morning when I wake don't leave me lonely can you just hold me together before I break there is something I see in your eyes oh and it gives me butterflies I just cant stop thinking you make me weaken don't you know I will be true» © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: CHAR + life is for the living   Mer 13 Aoû - 13:27

6 3 

Je dirais même plus, Holly et Alyssa sont parfaites  14 

_________________

    Whisper in the ways watching days and moving on. You wake up every monday then suddenly it’s sunday and the week is gone. So till the morning breaks, go and make your mistakes. Don’t be surprised at the sunrise, life is for the living, the forgiven and for leaving town alive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: CHAR + life is for the living   Mer 13 Aoû - 13:50

Owii, elles déchirent tout toutes les deux  6 

_________________
lost at sea

   
Parfois, certains amis, certaines personnes te déçoivent, c'est la vie et je suis prête à l'accepter. Par contre, je trouve ça affreux de me dire que c'est moi qui risque un jour de décevoir tout le monde. © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: CHAR + life is for the living   

Revenir en haut Aller en bas
 

CHAR + life is for the living

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ride or die. life isn't worth living safely
» — bring me to life
» Life in UCLA
» Comment peindre et monter un char?
» Char à voile grot pour gorkamorka

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Villains don't get happy endings :: Le début du conte :: Les pages blanches :: Happy Ending-