Partagez | 
 

 SASKIA + I'm gonna fly like a bird through the night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


MessageSujet: SASKIA + I'm gonna fly like a bird through the night   Jeu 7 Aoû - 23:25



saskia heckart

emilia clarke



Nom + Heckart, le nom de mon papa, aujourd'hui décédé Prénom(s) + Saskia. Mes parents n'ont jamais su se mettre d'accord pour un deuxième prénom. Je n'en n'ai donc qu'un seul. Date de naissance + 12 juillet 1986 Lieu de Naissance + à Waterford Métier + Je suis l'assistante de Mélusine chez Undress You. En gros, je gère le magasin pendant qu'elle créée Statut Civil + Célibataire Caractère + têtue, à la limite de la tête de mûle + fière + impulsive + rancunière + joueuse + possessive Ta plus grande peur + Perdre ma mère, elle est la chose la plus importante de ma vie. Ton plus grand désir + Je n'en ai pas vraiment, j'ai la vie que je veux. Et si je veux quelque chose, je me débrouille pour l'avoir Groupe + you can do anything as long as you dream it

Elle a un chien, Snoopy, qu'elle a depuis ses 15 ans. Mais a 12 ans, le labrador vieillit mal, Saskia a déjà peur de le voir partir. + Elle adore ses cheveux, elle peut passer un temps fou à les coiffer. D'ailleurs, elle a la fâcheuse manie de trop souvent les toucher. + La lingerie qu'elle vend chez Undress You, elle est fan. Elle est fan de lingerie fine en général et possède deux tiroirs complets dans sa commode pour ses ensembles. Et sans parler de ses guêpières et nuisettes. + Elle est une fille à maman. Elle a bien du mal à rester loin d'elle. Ce qui expliques sans doute qu'à 28ans, elle soit toujours chez elle. + Elle est à la limite d'être claustrophobe. Elle supportait pas bien longtemps d'être enfermée quelques part. Elle passe beaucoup de temps dehors, surtout à se balader dans la foret. Mais le pire, reste les espaces exiguës où elle a vite l'impression d’étouffer.  + Elle donne souvent l'impression d'être une dévoreuse d'homme, une séductrice. Alors qu'en réalité, elle n'a connu que peu d'hommes dans sa vie. Elle laisse croire. A près tout, si un homme vient vers elle, elle saura que c'est forcément avec une idée derrière la tête. + Elle n'a jamais eu de réel ambition pour sa vie futur. Argent ou gloire ne l'intéresse. Elle prend la vie comme elle vient, sans se prendre la tête avec l'avenir. Après tout, qui peut savoir de quoi sera fait demain. + Si elle aime la fête et être insouciante, elle sait très bien où sont ses limites. Elle ne boira donc jamais à outrance et ne fume pas. Souvent elle se retrouve à jouer SAM. Mais cela ne l'empêche pas de s'amuser comme elle en a envie. + Elle court deux à trois fois par semaine. Elle apprécie ce petit footing dans la foret. Il lui permet de se vider l'esprit tout en maintenant la ligne. Un corps sain dans un esprit sain.  + Elle a un tatouage. Un arbre avec une petite fille endormie, sur la nuque, juste en dessous de la naissance des cheveux. La plupart du temps, elle le dissimule en laissant ses cheveux détachés. Peu de personne sont au courant de son existence. Pour elle, l'arbre représente son père et la petite fille, elle. Si jamais sa mère venait à décéder, elle pense y ajouter un deuxième arbre.


derrière l'écran



Pseudo/Prénom + votre merveilleuse et inoubliable maman dragibus, encore et toujours Fréquence de connexion + toujours là pour vous harceler mes loulous Comment tu es arrivé ici + en laissant mon cerveau faire n'importe quoi Scénario ou PI + in my head, in my head, zombie, zombie

Code pour bottin +
Code:
Emilia Clarke[color=firebrick]➸[/color] Saskia Heckart



_________________

    Are you ready for the last act ? To take a step you can't take back


Dernière édition par Saskia Heckart le Mar 12 Aoû - 14:44, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: SASKIA + I'm gonna fly like a bird through the night   Jeu 7 Aoû - 23:27


Il était une fois



« Maman, on est vraiment obligée de partir ? » Mila arreta de remplir son carton pour regarder sa fille. A 10 ans, Saskia en avait déjà bavé. Elle avait perdu son père, deux ans auparavant. Elle avait été la fille chérie de son papa. Pour le perdre brutalement. Puis le remariage... Mila savait qu'elle en demandait beaucoup à sa puce. Elle devait accepter un nouveau père qui, de surcroît, avait un fils de son âge. Elle devait alors partager sa mère, la seule personne qui lui restait, avec un beau-père et Cillian, un demi-frère. Pas facile à gérer pour une petite fille. « Tu verras, tu te plairas à Eile Domhan. Et puis tu te feras vite des copines. » Sas' s'installa sur le lit et prit une mine boudeuse. « Mais c'est la maison de papa, ici... » « Oh, Sas'... » Mila alla à son tour poser ses fesses sur le lit et attira sa fille contre elle. « Il me manque, maman. » « Je sais ma puce. Il me manque aussi. » Saskia laissa échapper un soupir. « Ca me manque de plus l'entendre m'appeler Sassy. » Ce surnom, ça avait été leur petit lien à eux. Juste entre père et fille. Même Mila n'avait jamais osé l'appeler comme ça. Et elle ne le ferait jamais. Elles restèrent un moment ainsi, en silence, Saskia profitant du réconfort de sa maman. Ou du fait qu'elle l'avait pour elle toute seule pour une fois. Puis la pendule de l'entrée sonna, annonçant qu'il était 19 heures. « Faut que j'aille faire le repas. Si tu rejoignais Cillian dans le salon ? » Avec un soupir, elle sortit de la chambre. Elle trouva Cillian dans le salon, sur le canapé, devant la télé. Sans un mot, elle alla s’asseoir à côté de lui. Elle grimaça en voyant l'émission qu'il regardait. Dragon Ball Z. On pouvait pas faire pire. « Tu peux changer de chaîne, si tu veux. J'ai déjà vu cet épisode. » Elle lui jeta un regard en biais. Pourquoi fallait-il qu'il soit toujours aussi gentil avec elle ? « T'aimeras pas ce que je mettrais. » Il haussa les épaules. « Je t'assure que non, Sassy. » Elle ne put retenir le sursaut qu'elle eut en l'entendant prononcer ce surnom. Il ne pouvait pas savoir. Il n'y avait que maman qui savait. Personne d'autres. C'était un hasard. « M’appelles pas comme ça. » Marmonna-t-elle. Elle attrapa néanmoins la télécommande, ne voulant pas supporter un autre kaméhaméha.

Saskia entra dans la maison, posant son sac de cours dans l'entrée. Elle rentrait plus tard que d'habitude du lycée aujourd'hui. Elle avait été chez une amie pour réviser. « Maman, je suis rentrée ! » « Viens dans la cuisine, chérie. » Avec un léger soupir, elle prit la direction de la cuisine. Elle y trouva sa mère assise à table avec une autre femme, deux cafés fumants devant elle. Cillian était là également, rigolant et bavardant avec elles. Elle aurait pu craquer pour son sourire s'il ne l'énervait pas autant. Sa mère se tourna vers elle. « Approches, chérie. Je voulais te présenter notre nouvelle voisine. » Elle se mit à côté de Cillian, restant debout, comme lui. « Enchantée, madame. » La voisine lui fit un sourire, passant son regard de Cillian à elle. « Vous vous ressemblez énormément, ton frère et toi. Vous êtes jumeaux ? » « C'est pas mon frère. » Mila attrapa la main de sa fille, tentant de lui dire de ne pas faire de scandales. Sas' en avait tout simplement marre d'entendre toujours la même chose. Sous prétexte qu'ils étaient tout les deux bruns, à la peau clair, ils se ressemblaient ? N'importe quoi. « Cillian est le fils de mon mari. Tandis que Saskia est ma fille. Mais c'est vrai que leur ressemblance est trompeuse. » Sas' aurait bien lâcher un soupir d'exaspération. A la place, elle préféra fuir cette conversation stupide. « Je vais aller promener Snoopy. Ravie de vous avoir rencontré madame. » Elle sortit dans le jardin par la porte de la cuisine. Le chien vint rapidement à sa rencontre et elle se dirigea vers la foret. Elle entendit alors la porte s'ouvrir et se refermer. Elle grinça des dents et accéléra le pas, devinant qui la suivait. « Attends Sassy. Je viens avec toi. » Elle se stoppa net et se tourna d'un bloc vers Cillian. « Je t'ai déjà dit de ne pas m'appeler comme ça ! » Elle appuya chaque syllabe, espérant se faire comprendre. D'un autre côté, elle lui disait la même chose  depuis des années, sans beaucoup de succès. Il ne semblait toujours pas avoir imprimé. Profitant qu'elle se soit arrêtée, il continua à avancer vers elle. « Pourquoi ? C'est jolie Sassy. » Dit-il avec un sourire. Mais elle, elle n'avait pas envie de sourire. Entendre ce surnom ne faisait que la rendre triste et la mettre en colère. « Arrêtes ça ! » Il était maintenant tout juste devant elle. Tout sourire avait déserté son visage. Il avait une mine sombre, à la place. « Tu me détestes vraiment, hein ? » Elle n'en pouvait plus de lui, de sa gentillesse, de l'entendre prononcer son surnom et de ses sourires. « Oui, je te détestes ! Tu me fiches la paix, maintenant ? » Elle fut alors surprise de le voir paraître si blessé. Sa colère s'évapora en un instant. Non, elle ne le détestait pas. C'était peut-être ça le fond du problème. Elle ne retira pourtant pas ses paroles. Elle se contenta de faire demi-tour, Snoopy sur les talons, et de le laisser planter là.

Un éclat de rire s'échappa des lèvres de Sas' alors qu'elle rentre dans la voiture de sa meilleure amie. Marnie, c'est son amie depuis son arrivée à Eile Domhan. Sa folle à elle, comme elle aimait l'appeler. D'ailleurs c'est exactement ce qu'elles vont faire ce soir. Les folles. Elles ont eus, aujourd'hui, leur dernière journée de lycée. Dans quelques mois, elles seraient étudiantes. Saskia allait même quitter la ville pour étudier à Dublin. Tout comme Marnie. Les deux filles avaient prévus de vivre en colocation ensemble. Mais pour ce soir, le programme était totalement différent. Elles allaient faire la fête. Marnie les conduisait à une fête sur le port. Et le temps du trajet, Marnie préférait faire des suppositions sur qui serait là. « De toute façon, peu importe qui, je veux un beau gosse pour moi ! » Décréta Marnie. Sas' ne put retenir un rire. « Je te rappelle juste qu'on est à Eile Domhan, on connaît tout le monde ici. En fait, c'est pire que ça, tu as pu expérimenter déjà tout les sois disant beau-gosse à ta disposition. » Il était de notoriété public que Marnie avait la fâcheuse manie de collectionner les hommes. Jeunes ou vieux, peu lui importait. Tant que le type était un tant soit peu séduisant. « Hé, mais c'est pas vrai ! Pas tous ! » Saskia haussa un sourcil en une moue perplexe. « Cites m'en un pour voir. » Les mains sur le volant, Marnie se perdit dans ses réflexions. Plus elle cherchait, plus grand était le sourire victorieux sur le visage de la brune. « Ah si ! » S'exclama-t-elle subitement. « Ton ténébreux demi-frère. » Le sourire victorieux se transforma instantanément en grimace. « Pitié, jamais ! Ce serait trop bizarre. » Marnie haussa des épaules. « Je te comprends pas. Tu vis avec certainement le type le plus séduisant de la ville et tu sembles dégoûter à chaque fois qu'on parle de lui. » Saskia souffla bruyamment. Parler de Cillian et des sentiments qui lui inspiraient n'était pas une chose facile pour elle. Elle n'aimait pas ça. Ses sentiments envers lui étaient contradictoires et compliqués. En même temps, elle était une fille compliquée. Elle trouva bien rapidement une parade pour éviter d'en parler. « On est arrivé, chérie ! Allons nous éclater ! » Au moins, ça, c'était pas compliquée.

« Maman ?! » Saskia s'agenouilla à côté du lit de sa mère, approchant sa tête au niveau de celle de sa mère. « Ma puce ? Qu'est ce que tu fais là ? » Sas' fit un sourire à sa mère, soufflant doucement. « Tu fais une crise cardiaque et j'aurais du rester à Dublin ? » Mila tenta de se redresser pour mieux voir sa fille. « Mais tes cours ? » La brunette posa ses mains sur les épaules de sa mère, la forçant à se rallonger. « Tu dois te reposer, maman. Et ne t'en fais pas pour mes études. Je gère. » Comme si elle faisait vraiment grand cas de ses études de gestion de toute manière. La fac, c'était surtout le meilleur moyen que Marnie et elle avaient trouvés pour faire la fête toute les semaines. Avec résignation, Mila se rallongea. Elle attrapa une des longues mèches de cheveux de sa fille, la caressant du bout des doigts. Elle savait combien sa fille était têtue. Elle ne pouvait que la laisser faire. Saskia se pencha vers elle, posant son front contre le sien. Elles restèrent ainsi en silence, un petit moment. Sas' avait eu si peur quand son beau-père l'avait appelé pour lui dire qu'elle avait fait une crise cardiaque. Elle n'avait pas cherchée plus loin. Elle avait prévenue Marnie, prit ses affaires et était partie accourir au chevet de sa mère. Dublin et la fac pourrait bien se passer d'elle. « Je vais aller te faire à manger, d'accord ? » Mila eut un mouvement de tête et Saskia se leva pour quitter la pièce. Elle trouva Cillian adosser contre le mur, près de la porte. Il leva la tête vers elle, un regard inquiet sur le visage. « J'ai vidé ta voiture et monté tes affaires dans ta chambre. » Murmura-t-il. « Merci. » Répondit-elle sur le même ton. Elle se mit à côté de lui, adossée au mur aussi. Elle était encore sous le choc d'avoir vu sa mère dans un état pareil. Amaigrie. Affaiblie. Subitement, comme si ses jambes ne la tenaient plus, elle se laissa glissa le long du mur, et posa ses fesses au sol. Il fallut moins de dix secondes à Cillian pour s'agenouiller devant elle. Il lui toucha doucement le genou. « Hé, ça va ? » Elle hocha doucement de la tête. « Oui. Je lui ai dit que j'allais lui faire à manger, mais... » Elle ne put finir sa phrase, tentant de ravaler les larmes qui montaient en elle. Mais il semblait qu'elle n'avait pas besoin de finir pour qu'il la comprenne. « On a qu'à faire le repas ensemble. » Elle esquissa un pauvre sourire. Il se releva et lui tendit les mains. « Allez viens, Sassy » Pour aujourd'hui, elle le laisserait l'appeler comme ça. Elle avait plus que jamais besoin de la présence de son père. Faute de lui, elle ferait avec Cillian. Elle attrapa alors ses mains, qui l'aidèrent à se relever.

Saskia se fendit d'un sourire en voyant la personne qui s'approchait de la boutique. Et la porte s'ouvrit alors en grand. « Bienvenue chez Undress You! Soyez sûr que votre rêve s'y réalisera, d'autant plus s'il est indécent! » S'exclama-t-elle en prononçant la phrase que sa patronne lui avait demandé de dire en guise de bienvenue aux visiteurs. « Et avec toi, je sais qu'il sera indécent. » Marnie éclata de rire devant sa meilleure amie, avant d'aller la prendre dans ses bras. Puis elle regarda autour d'elle, appréciant la déco. « Ouah, mais tu me mentais pas, elle est magnifique cette boutique. » Saskia adorait son nouveau job. Elle vendait de la lingerie burlesque et adorait ça. Même sa patronne était géniale. Les deux filles s'approchèrent du comptoir et Sas' leur servit deux cafés. « Je comprends pas quand même. Comment t'as pu avoir ce job ? T'as même pas eu ton diplôme. » La brune laissa échapper un soupir. Elle n'était jamais retourner à Dublin, trop inquiète pour sa mère. Elle allait mieux, bien mieux. Avec un régime alimentaire sain et un rythme de vie adapté, elle vivrait encore de longues années. Mais Saskia n'avait pas eu la force de la laisser. Comment le pourrait-elle ? Elle avait alors commencée des cours par correspondance, avant de se rendre compte qu'elle n'y arriverait pas. Elle avait enchaînée les petits boulots, puis avait rencontrée Mélusine. Qu'elle n'ait pas son diplôme n'avait pas dérangée la créatrice de sous-vêtements. Elle l'avait prise comme assistante. En somme, Sas' s'occupait du magasin pendant que Mélu créait. « J'ai eu un énorme coup de bol avec ce poste, je te l'avoue. » Un coup de bol qu'elle appréciait. « Tant que tu me fais profiter d'une petite remise, je me plaindrais pas. » Saskia laissa échapper un petit rire. Marnie lui avait manqué, le temps que cette dernière finisse ses études. Sa meilleure amie l'avait eu, elle, son diplôme. Mais aussitôt obtenu, elle était directement revenue à Eile Domhan. On ne quitte que très difficilement cette jolie petite ville. Ou la jeune femme n'avait pas voulu quitter sa meilleure amie. Dans tout les cas, ça arrangeait Saskia qui pouvait l'avoir auprès d'elle. « Oh, il paraît que ton sexy demi-frère a quitté votre maison. » Sas' s'étonnerait toujours de la vitesse à laquelle les informations circulaient dans cette ville. Et parfois pas totalement vrai. « Pas vraiment. Il s'est acheté un bateau. Il dort quelques nuits par semaine là-bas, mais la plupart du temps, il est toujours à la maison. » Marnie prit une légère mine boudeuse. « Dommage, je serais bien allée sur son bateau l'attendre en petite tenue. » « Marnie... » Cette dernière leva les bras au ciel. « Quoi ?! Cillian est trop beau pour rester célibataire aussi longtemps. Et je me ferais un plaisir de combler sa solitude. » Cette idée avait le don d'énerver Saskia. Elle avait toujours su que Marnie avait un faible pour lui, mais elle détestait ça. Pourquoi ? Elle aurait été bien incapable de le dire. « Arrêtes, c'est insupportable de t'entendre dire ça. » Marnie haussa les épaules, elle ne semblait pas vraiment se rendre compte de l'était dans lequel elle mettait sa meilleure amie. « Bon, je retourne bosser. On sort ce soir ? » « Ca marche. » Et quelques instants plus tard, Marnie était dehors.

Le dimanche midi c'était toujours repas en famille. C'était une tradition et personne n'y coupait. Ce midi c'était même Saskia qui se collait aux fourneaux. Elle avait envoyé les parents faire un tour en ville, profiter du marché. Cillian avait passé la nuit sur son bateau et devait donc arrivé plus tard. Elle était donc tranquille. Le repas était maintenant prêt. Elle n'aurait qu'à réchauffer quand tout le monde serait là. Elle avait dressé la table. Il ne manquait plus que d'aller chercher une bouteille de vin. Elle descendit donc à la cave. Elle était en bas quand elle entendit la porte d'entrée s'ouvrir. Cela devait être les parents de retour du marché. « Je suis à la cave. Je cherche une bouteille de vin, mais j'ai pas la moindre idée de laquelle prendre. » Quelques instants plus tard, elle entendit des pas dans l'escalier. Son beau-père avait toujours eu un goût très sur en matière de vin. Peut-être était-il descendu pour lui donner son avis. Mais lorsqu'elle tourna la tête, ce n'était pas lui, mais Cillian. « Oh ! Salut. » Il lui adressa un signe de tête et un léger sourire. « Salut. Les parents sont pas là ? » Elle secoua la tête. « Non, ils sont partis au marché. Ils devraient plus tarder. Tu t'y connais un peu en vin ? Je sais pas lequel choisir.  » Cillian haussa les épaules. « C'est mon père l'expert. Moi, je préfère la bière. » Elle eut un petit sourire. Elle aussi. Mais elle savait apprécier une bonne petite bouteille de temps en temps. « Par contre ta mère m'a dit qu'elle avait laissé un carton avec des affaires pour moi ici. Tu l'aurais pas vu. » Elle indiqua une pile de cartons sur le mur opposé. « Sûrement par là. Je sais qu'elle a tout rangé cette semaine. » Cillian se dirigea alors vers les cartons, mais au passage il buta contre le cale pied qui maintenait la porte ouverte. Elle se referma alors avec un énorme fracas. Saskia la regarda un instant, figée. « Dis moi que la poignée a été réparé et qu'on peut ouvrir de l'intérieur. » Murmura le jeune homme. Elle secoua la tête avant de lâcher un petit cri de frustration. Elle se laissa tomber sur caisse, s'asseyant sur le plastique. La porte de cette cave avait toujours eu besoin d'être réparer, mais n'avait jamais été faites. Gamine, elle s'était déjà retrouvé enfermée une fois dedans. Sans doute ce qui expliquait sa légère claustrophobie. Elle laissa tomber sa tête entre ses mains. Cillian vint se poser à côté d'elle. « Désolé. » Marmonna-t-il. Personne, jusque là, ne savait vraiment pour sa petite phobie personnel. Il n'allait pas tarder à s'en rendre compte. Elle commença déjà par ne pas lui répondre. Mais il sembla comprendre ce silence autrement. « Déjà que tu me détestes, j'arrange pas mon cas. » De quoi ? Il croyait toujours les paroles de l'horrible adolescente qu'elle avait été avec lui ? « Je te déteste pas. Ça a jamais été le cas... » Répondit-elle finalement, sans relever la tête. Au contraire, elle ne la posa plus sur ses mains, mais sur ses genoux. Elle ne pouvait donc pas voir son visage. « Pourquoi tu me regardes même pas, alors ? » Autant dire la vérité. « Je suis claustrophobe. Pas beaucoup mais juste assez pour que rester coincé me rende malade. » « Oh... » « Si tu le répètes à quelqu'un je le nierais. » Elle eut presque l'impression de le sentir sourire. Il s'agenouilla devant elle et passa une main sur ses cheveux. « Je peux faire quelque chose pour t'aider ? » « Parles. Faut juste que je reste concentrée sur autre chose. Nos parents vont pas tarder et pourront bientôt nous ouvrir la porte. » Il souffla légèrement. Pas comme s'il était contrarié, plus comme s'il cherchait quoi dire. « Si tu me détestes pas, pourquoi tu me repousses toujours ? » Ah bah en voilà un sujet de conversation. Mais en position de faiblesse comme elle l'était, elle pouvait difficilement faire autrement que de lui répondre. « Quand ton père et toi vous avez débarquer dans nos vies, j'avais juste l'impression que vous vouliez me voler ma mère et me faire oublier mon père. J'avais l'impression qu'en vous acceptant je le trahissais. » L'esprit d'une petite fille de 10 ans peut parfois prendre des tournures différentes. « Et maintenant ? Tu n'as pas de problème avec mon père, juste avec moi. » En réalité, elle n'avait pas la moindre idée de pourquoi elle réagissait toujours aussi violemment en sa présence. C'était juste plus fort qu'elle. « Je sais pas, je crois que c'est plus facile pour moi comme ça. Et aussi parce que tu t'obstines à m'appeler Sassy. Pourquoi tu le fais d'ailleurs ? » Il arrêta alors de lui caresser les cheveux. « Je t'ai entendu. Tout juste avant qu'on arrive à Eile Domhan. Tu disais à ta mère que ça te manquait qu'on t’appelle comme ça. Je me suis alors dit que moi je le ferais. » Elle releva alors la tête vers lui, scrutant ses prunelles sombres. « Je me disais que tu te sentirais moins seule si quelqu'un t'appelait comme ton père. Puis en grandissant, j'ai fini par m'habituer à ce surnom et j'ai du mal à t'appeler autrement maintenant. » Elle ne s'attendait pas à ça. Il ne l'avait alors pas fait pour la taquiner ou pour autre chose. Il le faisait pour elle. « J’arrêterais si vraiment ça te déranges. » « Non, continues. » Elle ne savait même pas pourquoi elle lui disait ça. Mais un éclat sembla briller dans ses yeux. Un éclat qui ressemblait à de la joie et elle était étrangement heureuse de l'avoir rendu heureux. Ils restèrent quelques instants ainsi, à se fixer l'un l'autre. Puis du bruit attira leur attention à l'étage. Saskia brisa leur connexion pour regarder en l'air. « Ils sont rentrés. » Elle se leva alors. « On est coincé à la cave ! » Cria-t-elle à l'intention des parents. Elle fit un premier pas vers la porte. Puis Cillian lui attrapa le bras tout en se levant à son tour et avant qu'elle n'ait pu comprendre quoique ce soit, il l'avait attiré contre lui et poser ses lèvres contre les siennes. Ses sentiments à ce moment là furent si confus, qu'elle ne parvint même pas à réagir. Puis des bruits de pas se firent entendre dans l'escalier et Cillian la libéra. Il s'éloigna et si dirigea vers la porte. Saskia passa une main tremblante contre ses lèvres. Pourquoi avait-elle tant envie de l'embrasser de nouveau ? De lui rendre son baiser cette fois-ci. Elle abaissa sa main alors que la porte s'ouvrit et que son beau-père apparaissait dans l’entrebâillement de la porte.

_________________

    Are you ready for the last act ? To take a step you can't take back
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

SASKIA + I'm gonna fly like a bird through the night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (Stain&Faith) I'm gonna fly like a bird through the night, feel my tears as they dry. ( PNJ autorisé )
» I'm gonna fly like a bird through the night ► Ethan
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Villains don't get happy endings :: Le début du conte :: Les pages blanches :: Happy Ending-